Après l'Inde, records de chaleur au Pakistan en plein ramadan

Comme l'Inde, il y a un mois (2000 morts), le Pakistan n'échappe pas à une vague de chaleur extrême qui fait des ravages chez les personnes les plus fragiles. 700 morts ont déjà été enregistrés depuis le 20 juin 2015, dont la plupart dans la seule ville de Karachi. Et les autorités redoutent que ce bilan n'augmente si les températures ne baissent pas, ce qui est prévu au mieux fin juin.

La morgue de Karachi, le 22 juin 2015. Après l\'Inde, c\'est au Pakistan de connaître une vague record de chaleur meurtrière. Cet employé identifie les corps qui lui ont été amenés.
La morgue de Karachi, le 22 juin 2015. Après l'Inde, c'est au Pakistan de connaître une vague record de chaleur meurtrière. Cet employé identifie les corps qui lui ont été amenés. (AFP PHOTO / Rizwan TABASSUM)

Alors que les deux morgues de Karachi sont submergées par l'afflux des cadavres, l'armée a été mise à contribution dans cette ville portuaire de 20 millions d'habitants pour venir en aide aux personnes qui font des malaises dans les rues.

Le jeûne du ramadan n'arrange pas les choses dans ce pays majoritairement musulman. Et les deshydratations sont légions à Karachi et dans d'autres districts du sud de la province du Sind où dans celle du Pendjab. Les effets de la canicule ont été aggravés par des coupures électriques et les pannes du système d'adduction d'eau.

Le 20 juin 2015, la ville portuaire a enregistré des températures atteignant 45 degrés Celsius. Un record de 47 degrés avait été relevé dans la ville en juin 1979. Si ces températures nous paraissent très élevées, elles ne sont pas rares à l'approche de la mousson. Mais c'est la durée de l'épisode de chaleur avec des températures allant jusqu'à 5 degrés au-dessus de la moyenne plusieurs jours d'affilée qui font de cet épisode caniculaire un véritable phénomène, majoré par la pollution des villes.

Inde 2015, une terrible année
En Inde, 2015 est considérée comme la deuxième année la plus meurtrière de l'histoire du pays (2451 personnes étaient mortes en 1998 lors de la première) et la cinquième la plus fatale sur l'ensemble de la planète, selon les chiffres du EM-DAT, une base de données internationale sur les catastrophes naturelles.

L'Inde parle de vague de chaleur quand la température maximale atteint 45°C ou qu'elle est supérieure de 5°C à la moyenne des précédentes années.

Pour autant, pour ces deux pays très peuplés où l'accès aux soins est réservé aux plus aisés, ces chiffres paraîssent peu élevés par rapport aux 15.000 morts recensés en France lors de la canicule de 2003 (70.000 en Europe)... Sans doute une question d'accoutumance de la population à une chaleur supérieure à celle de nos régions tempérées. Car, en Europe, personne n'était vraiment préparé à une vague de chaleur si intense, comme l'expliquait en 2007 Le Figaro.