Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Alexis Tsipras est "un menteur et un vrai démagogue" selon Xavier Bertrand

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
I-TELE
Article rédigé par
France Télévisions

L'ancien ministre estime que le Premier ministre grec a  commis "un vol à main armé" contre son peuple.

Xavier Bertrand, candidat à la primaire de droite en 2016, a traité, dimanche 5 juillet, Alexis Tsipras de "menteur" et de "vrai démagogue". Invité du Grand Jury sur i-Télé et Europe 1, le député Maire de Saint-Quentin (Aisne) a visé sans retenue le Premier ministre grec, partisan du non a référendum organisé le jour même dans son pays : "Il a dit à son peuple, élisez-moi et tout ira mieux. Ce sera sans doute un des derniers à rouler des mécaniques en politique."

> Suivez la situation en Grèce dans le direct de francetv info

L'ancien ministre du Travail de Nicolas Sarkozy a fustigé l'attitude du chef du gouvernement grec vis-à-vis des créanciers de son pays : " Ce qu'il a essayé de faire avec les créanciers européens, c'est du vol à main armé, c'est de prendre en otage son peuple pour dire 'On ne peut pas continuer comme ça', mais il n'a entrepris aucune des réformes".

"Un peu de décence ne lui ferait pas de mal"

Xavier Bertrand a également dénoncé les propos du ministre des Finances grec Yanis Varoufakis, qui a accusé les créanciers de la Grèce de "terrorisme" :  "Est-ce qu'il sait de quoi il parle ? Est-ce qu'il sait ce qu'est le terrorisme ? Il devrait faire attention aux mots qu'il utilise. Notre pays a été blessé dans sa chair, un peu de décence ne lui ferait pas de mal à ce monsieur."

Interrogé sur les conséquences du référendum grec, il a estimé que "si le non passe, la Grèce sort de l'euro, c'est une évidence", ajoutant toutefois que la Grèce pourrait rester dans l'Union européenne. L'ancien ministre a en outre expliqué qu'il n'était "absolument pas satisfait de la façon dont François Hollande a géré ce dossier", en tentant "de ménager la chèvre et le chou".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.