Grèce : une vidéo atteste de refoulements de migrants par les autorités dans les eaux territoriales turques

A la suite de la publication de ces images par le "New York Times", le haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a demandé vendredi une "enquête indépendante et efficace".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une voiture de police dans la région d'Evros, en Grèce, le 18 juin 2021. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

Deux jours avant les élections législatives en Grèce, Athènes était sous pression, vendredi 19 mai, après la publication d'une vidéo et de témoignages accusant les autorités grecques de refouler des migrants, dont des enfants, dans les eaux territoriales turques. Le haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a réclamé une "enquête indépendante et efficace" à la suite de ces "images et vidéos dérangeantes" publiées par le quotidien américain New York Times (en anglais).

Dans cette vidéo tournée par un militant des droits humains sur l'île grecque de Lesbos, en mer Egée, an avril, un groupe de migrants, dont un bébé, est conduit dans une camionnette blanche vers la pointe sud de l'île. Embarqués à bord d'un petit bateau, ils sont transférés ensuite à bord d'un bateau des garde-côtes grecs avant d'être abandonnés sur "un radeau de sauvetage gonflable noir à la dérive", selon le quotidien américain. Des bateaux des garde-côtes turcs les ont ensuite secourus.

"Refoulements continus et systématiques"

Le New York Times a affirmé avoir localisé les migrants dans un centre de détention d'Izmir où ils ont raconté aux journalistes leur odyssée. "Nous demeurons gravement préoccupés par les refoulements continus et systématiques à la frontière entre la Grèce et la Turquie", a déclaré la porte-parole du haut-commissariat, Ravina Shamdasani, rappelant que ces pratiques viennent enfreindre "le droit de demander une protection en vertu du droit international".

Les autorités grecques ont déjà été à plusieurs reprises accusées de pratiquer des refoulements illégaux vers la Turquie de personnes en quête d'asile dans l'Union européenne. Le gouvernement du conservateur Kyriakos Mitsotakis a toujours nié recourir à de telles pratiques malgré les nombreux témoignages et vidéos recueillis par des ONG d'aide aux réfugiés et plusieurs médias internationaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.