Les Grecs refusent une nouvelle cure d'austérité

La Grèce est au menu, ce jeudi 18 juin, au Luxembourg à l'occasion de la réunion des ministres des Finances de la zone euro. 

FRANCE 3

Aucune solution en perspective pour permettre à la Grèce d'échapper au défaut de paiement. Le pays a jusqu'au 30 juin pour rembourser au FMI ce qu'il lui doit. Pour s'en sortir, les Grecs espèrent pouvoir obtenir une aide des créanciers. En retour, Athènes devra proposer un plan d'économies, notamment sur les retraites. Le 20 juillet, c'est la Banque centrale européenne (BCE) qui attend 3,5 milliards d'euros en plus des 1,6 milliard dus au FMI. Le peuple grec, lui, attend le dénouement avec anxiété.

Suppression des primes aux plus démunis

"Il faut que Tsipras ne cède pas à la pression et je pense qu'il va y arriver", insiste Yannis, un retraité. La partie est loin d'être jouée. Le gouvernement grec s'est engagé à protéger les petites retraites. Ceux qui touchent moins de 700 euros par mois reçoivent une prime de 30 à 230 euros. Cette prime, les créanciers de la Grèce voudraient la supprimer. "Ma retraite a déjà été réduite de 40%", déplore Vassilis, lui aussi retraité. Pour ne pas décevoir son peuple, Alexis Tsipras est prêt à étudier toutes les solutions possibles. Ce soir, il est à Saint-Pétersbourg, aux côtés de Valdimir Poutine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, avant un conseil européen à Bruxelles (Belgique), le 19 mars 2015.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, avant un conseil européen à Bruxelles (Belgique), le 19 mars 2015. (JOHN THYS / AFP)