Les députés grecs adoptent les mesures demandées par les créanciers

En échange, la Grèce espère obtenir de nouveaux prêts et un rééchelonnement de sa dette.

Alexis Tsipras au Parlement grec à Athènes, le 15 juillet 2015.
Alexis Tsipras au Parlement grec à Athènes, le 15 juillet 2015. (PANAYIOTIS TZAMAROS / NURPHOTO / AFP)

Les députés grecs ont adopté, dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 juillet, le projet de loi entérinant certaines des mesures exigées par les créanciers du pays. Voté en procédure d'urgence, le texte met notamment en place une hausse de la TVA et l'adoption d'une règle d'or budgétaire. En échange de ces mesures, la Grèce espère débloquer de nouveaux prêts, d'un montant d'environ 90 milliards d'euros et un rééchelonnement de sa dette.

Bientôt un nouveau vote

Les dirigeants de la zone euro ont dressé, lundi 13 juillet, une liste de réformes à mener pour que la Grèce obtienne ce nouveau programme d'aide, et échappe ainsi à la faillite. Selon l'accord, la Grèce devra encore "adopter un code de procédure civile" et transposer en droit grec une directive sur le renflouement des banques d'ici le 22 juillet.