Alexis Tsipras : les urnes comme meilleures alliées

En Grèce, Syriza a remporté, dimanche 20 septembre, les élections législatives anticipées. France 2 revient sur le parcours, depuis son élection en janvier 2015, de son leader, Alexis Tsipras.

France 2

"Finie la soumission, fini le chantage", lançait Alexis Tsipras à la tribune, le 26 janvier 2015. Syriza venait de remporter les élections et son fringant leader devenait Premier ministre de la Grèce. Mais le jeune dirigeant a bientôt réalisé qu'il ne pouvait pas gagner seul face à Bruxelles. Il a alors organisé un référendum, le 5 juillet, avec cette question : "Soutenez-vous la politique d'austérité imposée par les créanciers de la Grèce ?" Le non l'a emporté.

Un pari réussi

Comme une main tendue vers l'Europe, Tspiras a ensuite sacrifié son ministre des Finances Yanis Varoufakis, qui était devenu la bête noire de Bruxelles. En juillet, sous la pression de la chancelière allemande Angela Merkel, il a signé un accord avec l'Europe qui lui a valu d'être lâché par une partie de son propre camp.

Coup de poker, Alexis Tsipras a alors décidé de démissionner pour, de nouveau, laisser choisir les électeurs. Le pari est réussi. Syriza remporte les élections législatives anticipées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écran avant un débat télévisé de la campagne législative opposant le Premier ministre grec, Alexis Tsipras (Syriza, gauche radicale), à Evangélos Meïmarakis (Nouvelle Démocratie, droite), le 14 septembre 2015.
Capture d'écran avant un débat télévisé de la campagne législative opposant le Premier ministre grec, Alexis Tsipras (Syriza, gauche radicale), à Evangélos Meïmarakis (Nouvelle Démocratie, droite), le 14 septembre 2015. (MENELAOS MYRILLAS / SOOC / AFP)