Génocide arménien : Erdogan répond par la provocation

Les députés français ont provoqué un incident diplomatique majeur avec la Turquie en votant hier une proposition de loi visant à pénaliser la négation des génocides, notamment le génocide arménien. Ankara a pris des mesures de représailles. Le Premier ministre turc quant à lui accuse la France d'avoir commis "un génocide" en Algérie.

(Umit Bektas Reuters)

Recep Tayyip Erdogan est en mode offensif. L'ambassadeur de Turquie à Paris avait à peine quitté la France que le Premier ministre turc haussait davantage le ton, accusant la France d'avoir commis un "génocide" en Algérie. Selon lui Nicolas Sarkozy, joue sur "la haine du musulman et du Turc" à des fins électoralistes.

"Le président français Sarkozy a commencé à rechercher des gains électoraux en utilisant la haine du musulman et du Turc" (Recep Tayyip Erdogan)

Le Premier ministre avait auparavant détaillé les mesures de représailles à l'égard de la France : la suspension des visites bilatérales, le rappel pour consultations de l'ambassadeur de Turquie en France et l'annulation des "exercices militaires communs avec la France et toutes les activités militaires avec ce pays" .

Jeudi soir, le chef de la diplomatie française Alain Juppé, avait indiqué que la Frace "regrettait" les décisions de la Turquie, tout en appelant Ankara à ne pas "surréagir" . Il semblerait que ce soit peine perdue.