Cet article date de plus de cinq ans.

G7 : l’Ukraine s’invite au sommet sur le climat

Les sept plus grandes puissances économiques du monde réunies ce dimanche en Allemagne. Il a beaucoup été question du dossier ukrainien et du regain de tension avec la Russie, qui est toujours exclue de ce G7.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le G7 aura lieu en Allemagne dimanche et lundi © Reuters)

Les dirigeants du Groupe des Sept (G7 ) se sont engagés dimanche à l'ouverture de leur sommet annuel à maintenir les sanctions contre la Russie jusqu'à ce que la Russie et les rebelles ukrainiens prorusses respectent totalement le dernier accord de paix conclu en février.

 

Dès le matin, Barack Obama a dénoncé "une nouvelle agression russe " dans l’Est de l’Ukraine. Ce n’est pas la première fois qu’il emploie ces termes mais les experts ont bien senti que les dirigeants du G7 voulaient se montrer fermes à l’égard de Moscou. Le président américain et la chancelière allemande ont ensuite convenu qu’il fallait maintenir les sanctions contre la Russie tant que l’accord de Minsk signé en février ne serait pas respecté.

 

Vrai consensus

Ces sanctions qui touchent les banques, la défense et le pétrole devaient arriver à terme fin juillet, mais David Cameron, le Premier ministre britannique a déclaré : "Nous devrons les reconduire et pour cela montrer un front uni, même si ces sanctions ne sont pas toujours faciles à accepter parce qu’elles ont un impact sur nos pays ".

 

L’an dernier, les prises de position du G7 avaient été un petit peu disparates. Les dirigeants avaient dû se réorganiser après l’éviction de la Russie. C’était une période de crise. Certains réclamaient des sanctions radicales quand d’autres plaidaient au contraire l’indulgence vis-à-vis de Vladimir Poutine. Cette année, selon un diplomate qui a assisté aux discussions, il y a "un vrai consensus ". François Hollande ne s’est pas exprimé sur le dossier russe. Son entourage explique que ce sommet est avant tout, celui du climat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.