Cet article date de plus de huit ans.

Film anti-islam : la crainte de nouvelles protestations ce vendredi

Les pays occidentaux s'attendent à une nouvelle journée de protestation contre le film anti-islam. Une mobilisation attisée par la publication de caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo. Face au risque de violences, la Tunisie a annoncé qu'elle interdisait toute manifestation.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Zoubeir Souiss Reuters)

Les manifestations et les violences ont débutées il y a 10
jours. Plus de 30 personnes sont décédées dans les mouvements de protestation
dirigés contre le film "L'innocence des musulmans". Depuis le milieu
de semaine, la colère a été attisée par la publication de caricatures très
crues de Mahomet
dans l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo .

Les Occidentaux, les Français en tête, redoutent un
accroissement des tensions et de nouveaux débordements ce vendredi – jour de
prière. Ainsi, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian a invité
les ressortissants français dans les pays musulmans à la prudence en leur
conseillant de rester chez eux vendredi. Par ailleurs, les ambassades,
consulats et écoles sont fermés dans une vingtaine de pays.

Achat d'espaces publicitaires au Pakistan

Pour tenter d'éviter tous débordements, les autorités
tunisiennes ont annoncé l'interdiction de toutes manifestations. Le ministère
tunisien du Culte a lui appelé les Tunisiens à éviter de tomber dans le piège
"d'une provocation délibérée" que constitue la publication des
caricatures de Mahomet.

De leur côté, les Etats-Unis essayent de calmer le jeu.
Ils ont annoncé avoir acheté des espaces publicitaires sur les chaînes de
télévision pakistanaises pour diffuser des spots destinés à calmer la colère
des musulmans contre le film. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.