Cet article date de plus de six ans.

Ferguson : nouvelles violences après les révélations de la police

De nouvelles violences ont éclaté à Ferguson, dans le Missouri aux Etats-Unis, après les révélations de la police concernant les circonstances de la mort de Michael Brown. Le magasin, dans lequel la victime est suspectée d'avoir commis un vol, a notamment été pillé par plusieurs manifestants dans la nuit de vendredi à samedi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des manifestants réclament justice après la mort de Michael Brown, dans la nuit de vendredi à samedi. © REUTERS /Lucas Jackson)

 La soirée avait pourtant été calme. Pacifiquement et de manière festive, plusieurs manifestants s’étaient réunis dans les rues de Ferguson, dans le Missouri aux Etats-Unis, pour réclamer justice une semaine après la mort de Michael Brown.

Mais vers 1h45 (heure locale), certains manifestants ont commencé à piller des magasins. La boutique "Ferguson Market and Liquor" aurait été particulièrement touchée par les violences. Et ce n’est pas un hasard, car Michael Brown, la victime, est soupçonnée par la police d’y avoir, quelques minutes avant le drame, dérobé plusieurs paquets de cigarillos.

Le policier qui a abattu Michael Brown ne savait pas qu'il était soupçonné de vol

 Des détails révélés vendredi par les forces de l’ordre, qui ont évidemment provoqué l’ire de certains manifestants qui ne croient pas à cette version des faits. Cinq heures après les premières informations fournies, la police a, en effet, déclaré que le policer Den Wilson, qui a abattu Michael Brown, ne savait pas qu'il était soupçonné de vol. Les circonstances précises de la mort du jeune homme semblent donc de plus en plus confuses. 

Le chef de la police de Ferguson, Tom Jackson, visiblement nerveux, a déclaré que Den Wilson voulait simplement que l'adolescent, qui marchait au milieu de la chaussée, monte sur le trottoir. 

La situation est plus calme depuis la nomination d'un nouveau capitaine de la police

Les scènes de pillages se seraient calmées aux alentours de 2h30 selon le média local, STL Today . Des gaz lacrymogènes auraient été lancés pour disperser un groupe près d'une épicerie vendant de l'alcool avant les premières violences ne soient signalées, mais les forces de l'ordre ne se seraient pas approchées des scènes pillages, toujours selon le STL Today. Malgré ces violences, les tensions ont semblé faiblir dans la petite ville du Missouri. 

Très critiquée, la police a adopté de nouvelles méthodes depuis la nomination d'un nouveau capitaine des patrouilles, Ron Johnson, un afro-américain qui a grandi à Ferguson. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.