VIDEO. Juncker "s'abstiendra d'intervenir" dans le dossier des accords secrets du Luxembourg

Le président de la Commission européenne, et ancien Premier ministre luxembourgeois, était interrogé sur l'enquête lancée par Bruxelles sur des accords fiscaux secrets entre le Grand-duché et 340 multinationales.

FRANCETV INFO

L'affaire pourrait marquer le début de son mandat à la tête de la Commission européenne. Jean-Claude Juncker a réagi, jeudi 6 novembre, à l'ouverture, en octobre, d'une enquête sur des accords secrets passés entre le Luxembourg et des multinationales. Un dossier relancé par des documents révélés dans la presse mercredi, qui dévoilent comment 340 multinationales sont parvenus à payer moins d'impôts en s'appuyant sur le Luxembourg et ses règles fiscales souples.

"J'ai une idée sur le sujet"

Interrogé en conférence de presse, dans la nuit de mercredi à jeudi 6 novembre sur l'enquête de la Commission sur ce dossier, Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre du Luxembourg, a assuré qu'il resterait impartial : "La Commission a parfaitement le droit de lancer des enquêtes de ce type, qui ne concernent d'ailleurs pas le seul Luxembourg. La Commission fera son travail, moi je m'abstiendrai d'intervenir, puisque c'est un dossier qui concerne la commissaire chargée de la concurrence, qui doit avoir une grande liberté d'action et de propos. Je ne la freinerai pas, parce que je trouverai ça indécent. J'ai une idée sur le sujet, mais je la garderai pour moi."

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, le 6 novembre 2014 à Bruxelles (Belgique).
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, le 6 novembre 2014 à Bruxelles (Belgique). (JOHN THYS / AFP)