Cet article date de plus de huit ans.

Une manifestante italienne poursuivie pour agression sexuelle sur un policier

Elle a été photographiée en train d'embrasser la visière du casque de l'agent lors d'une manifestation, à Suse, le 16 novembre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une jeune fille embrasse un policier à Suse (Italie), le 16 novembre 2013, lors d'une manifestation contre la future ligne TGV Turin-Lyon. (MARCO BERTORELLO / AFP)

Le cliché figure parmi les plus marquants de l'année écoulée. Lors d'une manifestation contre la future ligne à grande vitesse Lyon-Turin, à Suse (région du Piémont), le 16 novembre, une Italienne de 20 ans, Nina de Chiffre, a volé la vedette à la cause en embrassant la visière du casque d'un policier. Pour cette action inattendue, qui a fait le tour des réseaux sociaux, la jeune femme fait l'objet d'une plainte pour agression à caractère sexuel. Elle a été déposée par un syndicat de police italien, rapporte lundi 16 décembre le site du quotidien britannique The Independent (article en anglais). 

"Si le policier l'avait embrassée... mais cela aurait été la troisième guerre mondiale, doit-on accepter que l'on puisse faire ce genre de choses à un homme qui fait son devoir ?" a précisé l'officier Franco Maccari, secrétaire général du COISP (syndicat d'officier de la police italienne). Il dénonce "un geste irrespectueux". 

Dans une interview accordée à La Republicca (article en italien) peu après la manifestation, la jeune femme concédait avoir été plus loin qu'un baiser sur le casque : "Je lui ai dit des choses pour voir s'il réagissait, mais il est resté impassible. Je lui ai aussi léché la visière, je me suis léché les doigts et j'ai touché ses lèvres", expliquait-elle. La jeune femme a expliqué qu'elle avait commis ce geste par "dégoût pour la police, après avoir vu un de ses camarades se faire molester quelques semaines plus tôt," poursuit Le Parisien.fr.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.