Un Tchétchène est soupçonné d'avoir organisé le meurtre de la journaliste d'opposition.

Des enquêteurs russes ont accusé Lom-Ali Gaitoukaïev, natif de Tchétchénie qui purge une peine de prison pour un autre crime, d'avoir été payé en juillet 2006 pour organiser le meurtre de Politkovskaïa.

Anna Politkovskaïa en 2005.
Anna Politkovskaïa en 2005. (JENS SCHLUETER / DDP / AFP)

Des enquêteurs russes ont accusé Lom-Ali Gaitoukaïev, natif de Tchétchénie qui purge une peine de prison pour un autre crime, d'avoir été payé en juillet 2006 pour organiser le meurtre de Politkovskaïa.

"De nouveaux éléments de preuve ont fait surface dans l'enquête sur le meurtre", a dit Vladimir Markine, porte-parole de la Commission d'enquête fédérale, lors d'une visite à Berlin. "Gaitoukaïev a reçu l'ordre de tuer Anna Politkovskaïa contre une somme d'argent", a-t-il dit. Les autorités cherchent encore à déterminer qui, au plus haut niveau, était à l'origine de la mort de Politkovskaïa.

Cette annonce traduit la volonté des autorités de faire apparaître des progrès dans l'élucidation de ce meurtre qui a noirci la réputation du président d'alors, Vladimir Poutine, et mis en évidence les risques encourus par ceux qui combattent la corruption et les atteintes aux droits de l'Homme en Russie.

Anna Politkovskaïa a été tuée à l'âge de 58 ans le 7 octobre 2006 dans son immeuble moscovite alors qu'elle venait de faire des courses alimentaires. L'affaire symbolise un étouffement de la liberté d'expression et la corruption politico-judiciaire sous la présidence de Vladimir Poutine (2000-2008). Ce dernier, actuellement Premier ministre, compte reprendre la direction du Kremlin à l'issue de la présidentielle de mars 2012.

19 journalistes tués depuis 2000

Selon des organisations de défense des droits de l'Homme, 19 journalistes ont été victimes de tueurs à gages en Russie depuis 2000 et aucun cerveau de ces meurtres n'a été incarcéré.
Les reportages d'Anna Politkovskaïa sur la corruption dans les hautes sphères du pouvoir et les atteintes aux droits de l'homme en Tchétchénie lui avaient valu des prix ainsi que des ennemis. Les militants et ses collègues de la Novaïa Gazeta ont critiqué la lenteur de l'enquête, qui a quasiment été abandonnée après l'acquittement de trois accusés en 2009.

La Cour suprême a ensuite annulé cette décision et renvoyé le dossier à des procureurs. L'émergence de Gaitoukaïev en tant que suspect fait suite à une série de développements survenus cette année et son inculpation rapprocherait les autorités d'un nouveau procès. Le tireur présumé Roustam Makhmoudov, frère de deux des hommes acquittés en 2009, a été arrêté en mai dernier après des années de clandestinité. Dmitri Pavlioutchenkov, ancien chef d'une unité de surveillance de la police qui était témoin dans l'affaire, a été arrêté en août et inculpé pour son rôle présumé - avoir réuni ceux qui ont perpétré le meurtre et avoir procuré l'arme au tueur.

Vladimir Markine a dit qu'un autre homme, Serguei Khadjikourbanov, également acquitté lors du premier procès, devait être inculpé pour son rôle présumé. On le soupçonne d'avoir contribué à suivre les déplacements de Politkovskaïa dans les jours qui ont précédé sa mort. Markine a dit que Gaitoukaïev était censé être inculpé ce vendredi mais que son refus d'un avocat avait retardé la procédure de mise en accusation, rapporte l'agence Interfax.