Cet article date de plus de sept ans.

Réfugiés, populismes, Brexit : Manuel Valls craint une "dislocation du projet européen" dans les mois à venir

Au forum économique de Davos, le Premier ministre a notamment estimé qu'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne serait "un drame".

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Premier ministre, Manuel Valls, au forum économique de Davos (Suisse), aux côtés de son homologue grec Alexis Tsipras, le 21 janvier 2016. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Si on en croit Manuel Valls, l'Union européenne va au devant de sérieuses turbulences. Au forum économique mondial de Davos, en Suisse, jeudi 21 janvier, le Premier ministre a mis en garde contre le risque de "dislocation du projet européen" à "très court terme", c'est-à-dire "dans les mois qui viennent". Parmi les menaces citées pêle-mêle par le chef du gouvernement : "crise des réfugiés, terrorisme, montée des populismes" mais aussi risque de sortie du Royaume-Uni de l'UE.

(LE MONDE / AFP)

"Voir partir la Grande-Bretagne de l'UE serait un drame, a estimé Manuel Valls, dans une séquence repérée par Le Monde et l'AFP. Nous devons tout faire pour que la Grande-Bretagne et le peuple britannique restent dans l'UE, évidemment pas à n'importe quel prix."

Dans ses vœux au corps diplomatique, quelques heures plus tard, François Hollande a lui aussi exprimé le souhait "que la Grande-Bretagne reste dans l'Union européenne, c'est l'intérêt de l'Europe et du Royaume-Uni". "Mais je serai particulièrement vigilant pour que la zone euro puisse poursuivre son approfondissement", a assuré le président français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.