Une centrale solaire voit le jour à Tchernobyl

L'Ukraine cherche à donner une seconde vie à la zone accidentée, où l'homme ne pourra pas remettre les pieds avant plusieurs milliers d'années.

Des visiteurs sur le site de la première centrale à énergie solaire d\'Ukraine, le 5 octobre 2018, à Tchernobyl (Ukraine).
Des visiteurs sur le site de la première centrale à énergie solaire d'Ukraine, le 5 octobre 2018, à Tchernobyl (Ukraine). (GENYA SAVILOV / AFP)

A Tchernobyl, l'énergie solaire a remplacé le nucléaire. L'Ukraine a lancé, vendredi 5 octobre, sa première centrale solaire dans la zone hautement radioactive autour de la centrale atomique, théâtre du pire accident de l'histoire du nucléaire civil, en 1986. L'homme ne pourra pas revenir vivre dans cette zone "pendant encore 24 000 ans" mais les autorités ukrainiennes estiment qu'une prudente exploitation industrielle redevient possible.

De quoi alimenter 2 000 appartements

La nouvelle centrale compte environ 3 800 panneaux photovoltaïques installés sur 1,6 hectare à une centaine de mètres du réacteur accidenté. Sa puissance – relativement symbolique  d'un mégawatt permet d'alimenter environ 2 000 appartements. Le groupe ukraino-allemand Solar Tchernobyl a investi un million d'euros dans ce projet. L'entreprise espère atteindre à terme un total de 100 mégawatts d'ici fin 2019.

L'Ukraine cherche à développer sa propre production d'énergie, après l'arrêt brutal des livraisons de gaz russe en pleine crise avec Moscou. Elle veut aussi donner une seconde vie à la zone d'exclusion de Tchernobyl qui entoure dans un rayon de 30 km la centrale accidentée, à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, près de la frontière biélorusse.