Suède : nouvelles violences après une manifestation contre l'extrême droite

Le pays est agité depuis plusieurs jours par des manifestations qui s'opposent au mouvement anti-Islam et anti-immigration "Ligne dure". Des incidents ont fait plusieurs blessés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un bus de police incendié par des manifestants à Orebro (Suède), le 15 avril 2022. (KICKI NILSSON / TT NEWS AGENCY / AFP)

Nouvel épisode dans la série d'incidents qui agite la Suède depuis plusieurs jours. Trois personnes ont été blessées par des tirs de policiers au cours d'affrontements en marge de manifestations contre l'extrême droite, à Norrköping, au sud-ouest de Stockholm, a déclaré la police suédoise dimanche 17 avril.

Les blessés auraient été touchés par "des ricochets" de "plusieurs coups de semonce" tirés par des membres des forces de l'ordre, a précisé la police. Les trois blessés, dont l'état n'est pas connu, sont également "en état d'arrestation, soupçonnées de crime".

C'est le deuxième affrontement de ce type en quatre jours à Norrköping. Cette manifestation avait pour but de protester contre un rassemblement (finalement annulé) du mouvement anti-immigration et anti-Islam "Ligne dure". Son meneur, Rasmus Paludan, organise depuis plusieurs jours une série de rassemblements, où il se rend dans des quartiers à forte population musulmane pour y brûler un exemplaire du Coran. L'avocat de formation, condamné pour injures racistes, multiplie les initiatives polémiques depuis quelques années.

"Vous ne devez jamais recourir à la violence"

Les manifestations organisées contre Ligne dure depuis le début de sa tournée ont été accompagnées d'incidents. A Malmö, où des manifestants ont lancé des pierres et des cocktails Molotov contre la police, d'autres affrontements ont fait environ 12 blessés parmi les policiers jeudi et vendredi, et quelques blessés légers dans la nuit de samedi à dimanche.

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson s'est prononcée contre les violences. "En Suède, les gens sont autorisés à exprimer leurs opinions, qu'elles soient de bon ou de mauvais goût, cela fait partie de notre démocratie. Peu importe ce que vous pensez, vous ne devez jamais recourir à la violence. Nous ne l'accepterons jamais", a-t-elle déclaré vendredi 15 avril. "C'est exactement le genre de réactions violentes qu'il [Rasmus Paludan] veut voir, a-t-elle ajouté. Le but même est d'inciter les gens à s'opposer les uns aux autres."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.