Cet article date de plus de huit ans.

Qui sont les 766 députés européens ?

Ils sont 766 députés élus pour cinq ans dans 28 pays. Un peu plus d'un tiers d’entre eux sont des femmes. Mais quelle est la sociologie du Parlement européen ?
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Députés européens lors d'une session à Strasbourg (en janvier 2004). (GERARD CERLES / AFP)
Qui sont les députés européens, quelle est leur profession d'origine, quel âge ont-ils ? Combien y a-t-il de femmes élues ? 

L’analyse d’une base de données constituée à partir des biographies de l’ensemble des parlementaires européens des deux dernières législatures permet d’expliciter les profils des eurodéputés et leur évolution. Des chercheurs, Willy Beauvallet, Victor Lepaux, Sébastien Michon, se sont plongés dans les données du Parlement européen (PE) et ont dressé le portrait du député européen : il s'agit plutôt d'un homme, d'environ la cinquantaine, et relativement fortement diplômé.

La profession
«Les origines professionnelles des eurodéputés sont plutôt conformes à celles des personnels politiques. Les parlementaires sont généralement issus des catégories supérieures de l’espace social, avec une prédominance des professions intellectuelles supérieures (30% environ) : les «professeurs et professions scientifiques» et les «professionnels de l’information, de la communication et du spectacle» (des anciens journalistes, notamment)», notent les chercheurs qui se sont penchés sur les données du Parlement européen.

Selon les calculs faits par les chercheurs, ce sont les «professions scientifiques» qui sont les plus représentées au PE avec 16,6% des élus, suivis par les cadres supérieurs venus du privé (12,4%), puis les professionnels de l’information, de la communication et du spectacle avec 10,5% et les professions libérales.
 
Les ouvriers ne représentent que 0,4% des députés européens et les employés, guère plus, avec 1,4%.

L'originalité du Parlement européen, note les chercheurs, est que 10% des députés européens sont des «"professionnels de la politique" dans le sens où ils n’ont jamais (ou très peu) occupé un emploi dans un autre domaine d’activité. Il sont plus jeunes que les autres élus et ont souvent commencé comme collaborateurs au sein d’un parti ou auprès d’un responsable politique ou d’un élu.»

Etudes
Les auteurs notent un «profil à fort capital culturel d’une part importante des eurodéputés : sept sur dix ont réalisé des études supérieures ; près d’un sur quatre a obtenu un doctorat (c’est moins que lors de la législature précédente mais davantage qu’auparavant); la part de titulaire d’un doctorat est particulièrement élevée par rapport aux parlementaires nationaux, notamment en France».
 
Les auteurs pointent aussi une internationalisation de cette élite européenne : «17% des eurodéputés ont obtenu un diplôme dans un pays différent du leur. Cette évolution est notamment le fait des élus issus des pays des élargissements de 2004 et 2007 : c’est le cas de 28,5% d’entre eux contre seulement 12,5% des élus des Quinze (soit un taux quasiment identique à celui observé parmi les députés de 1999). Ce sont également les eurodéputés issus de «petits» pays (Malte, Chypre, Bulgarie, Grèce, Luxembourg).»

Les femmes ont ainsi plus souvent que les hommes suivi des études en sciences humaines ou en science politique (et dans une mesure moindre dans le domaine de la santé) et moins souvent en droit ou en sciences et techniques. On observe en outre que les élus les plus jeunes sont les plus diplômés en économie et en science politique, les moins diplômés en sciences et techniques.

Age
Les députés ont un âge moyen de 51,2 ans au moment de leur élection. «Ils apparaissent néanmoins un peu plus jeunes que de nombreux parlementaires nationaux.» En France, l’âge moyen est de 59 ans et 6 mois.
 
Les femmes sont plus jeunes que les hommes (49,7 contre 51,9) et les nouveaux membres envoient des députés plus jeunes (49,2 contre 51,9).

Les âges moyens par pays vont de 44,6 ans en Bulgarie à 57,3 ans en Estonie et à Chypre. «Leur profil middle age tempère le constat d’une assemblée européenne constituant une maison de retraite dorée, constat qui n’était pas infondé lors de la 1re  législature et à un degré moindre lors de la 2e.»
 
Y a-t-il des groupes parlementaires européens plus vieux que d’autres ? Légèrement, oui, mais rien de significatif : la Gauche unitaire européenne (GUE) est le plus vieux (54,1), les plus jeunes étant les verts (48,8)…
 
Féminisation
La proportion de femmes a doublé entre la première législature et les trois dernières : 16% en 1979, 30% en 1999, 31% en 2004, 35% en 2009. La moyenne des parlements européens est à 25,37%. Dans un parlement à majorité masculine, les délégations suédoise et finlandaise rassemblent plus de femmes que d’hommes (respectivement 55,6% et 61,5%).  A l’inverse, on compte moins d’une femme sur cinq au Luxembourg et en République Tchèque et aucune parmi les cinq représentants de Malte.

La France se situe dans le haut du tableau derrière la Finlande et la Suède grâce à la loi chabada (sur les listes, il doit y avoir alternance homme-femme). Les pays les plus loin de la parité sont Malte avec zéro femme, Chypre avec 16% tout comme le Luxembourg.
 
Le site Etudes européennes conclut cette analyse en affirmant que «les résultats de l’enquête montrent que le mandat européen se stabilise et se présente, pour une fraction croissante d’élus, comme une voie d’accès à la profession politique. Plus qu’un espace pour des élus en fin de carrière venus chercher un dernier mandat, le parlement européen apparaît comme un espace de professionnalisation politique pour une élite politique toujours plus internationalisée et féminisée». Il n'est pas sur que cela soit le cas pour tous les élus du parlement européen, et notamment pour certains chefs de partis en France, qui ont eu un siège à Bruxelles ou Strasbourg.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.