Pour les expatriés français à Londres, trouver une école relève du casse-tête

Plus de 300 000 Français vivraient dans la ville anglaise, faisant de Londres la cinquième ville de France.

FRANCE 2

Londres serait la cinquième ville de France. Plus de 300 000 Français vivraient dans la capitale anglaise. Un nombre croissant d'expatriés qui pose un problème, celui de la scolarité dès lors que l'on souhaite un enseignement bilingue pour son enfant. Le quartier de South Kensington est le coeur historique de la communauté française. Le lycée français Charles de Gaulle est leur emblème. Centenaire et prestigieux, il assure 100% de réussite au baccalauréat. Mais impossible de s'y inscrire, l'établissement est surchargé. Pour l'intégrer ou l'une des écoles françaises qui lui est affiliée, il faut s'y prendre tôt, très tôt. Maia Morgensztern, une Française expatriée a suivi les conseils d'amis et inscrit sa fille à l'école alors que son enfant n'était pas encore venu au monde.

Nouveau lycée

Pour d'autres, la rentrée est un parcours du combattant. "C'est presque plus difficile de trouver une école que de trouver un job", explique Gabrielle de Maleissye, elle aussi expatriée. La communauté française a donc ouvert un nouveau lycée, le Winston Churchill, inauguré par François Hollande il y a quelques semaines. Problème, le nouveau lycée est à 20 kilomètres du centre, c'est aussi sans compter le prix. 9 000 euros par an pour Charles de Gaulle, 14 000 euros par an pour Winston Churchill.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le palais de Westminster, qui accueille la Chambre des lords, à Londres (Royaume-Uni).
Le palais de Westminster, qui accueille la Chambre des lords, à Londres (Royaume-Uni). (MANUEL COHEN / AFP)