Quelles solutions face aux drames des migrants en Méditerranée ?

Jacques Myard, députe-maire UMP des Yvelines, et Julien Bayou, porte-parole d'EELV, débattent sur le plateau du Soir 3 après les récents naufrages de migrants.

FRANCE 3

Chaque jour, on compte entre 500 et 1 000 arrivées de migrants sur les côtes italiennes.

Jacques Myard, député-maire UMP de Maisons-Lafitte (Yvelines), prône le sauvetage des personnes en détresse. Cependant, il se projette sur la politique future. "Est-ce que l'Europe est capable d'admettre 200 000 personnes par an ?", questionne-t-il.

Julien Bayou est lui sceptique quant à l'opération Triton, qui a succédé à l'opération Mare Nostrum. La mission Triton est "une opération de contrôle" qui "fait augmenter le prix du marché noir et le nombre de victimes", estime-t-il.

La question du droit d'asile

"Il faut venir en aide à l'Italie (...) et il faut se répartir l'accueil de ces personnes en difficulté", poursuit le porte-parole d'EELV. "On n'est pas dans le cas d'un droit d'asile des conventions de Genève", rétorque Jacques Myard, qui renchérit : "Cela ne va pas résoudre le problème au fond".

Enfin, Jacques Myard donne son avis sur la Libye, par où transitent une large majorité de migrants, transportés par des passeurs peu scrupuleux : "Il faut un mandat de la communauté internationale pour rendre cette région du monde sous tutelle pour réorganiser cet Etat qui n'existe plus depuis la chute de Kadhafi".

Le JT
Les autres sujets du JT
Les corps de migrants morts lors du naufrage de leur embarcation en Méditerranée sont disposés sur le pont d\'un bateau des garde-côtes italiens, à L\'Isla (Malte), le 20 avril 2015.
Les corps de migrants morts lors du naufrage de leur embarcation en Méditerranée sont disposés sur le pont d'un bateau des garde-côtes italiens, à L'Isla (Malte), le 20 avril 2015. (DARRIN ZAMMIT LUPI / REUTERS)