Vidéo "Ça m'a choqué"' : Dembo, pris en charge en tant que mineur non accompagné, puis obligé de quitter la France à ses 18 ans

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

Cette France qui lui a tout donné pendant trois années (accueil, logement, formation professionnelle) veut désormais l'expulser. Dembo, arrivé du Sénégal sur un bateau gonflable à 16 ans, sans sa famille, ne comprend pas. Il témoigne dans un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 14 octobre 2021.

Né au Sénégal, Dembo est arrivé en France à 16 ans. Seul, sans famille, sur un simple bateau gonflable surchargé d'autres migrants comme lui. En Normandie, l'adolescent a été pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance en tant que mineur non accompagné. Mais à ses 18 ans, sa vie est bouleversée par un simple courrier : la France lui demande de partir.

Ce courrier, c'est une OQTF, une obligation de quitter le territoire français, envoyée par la préfecture. "M. Monekhata Dembo est obligé de quitter le territoire à destination du pays de son choix, dans les 30 jours. (...) Si vous restez en France, vous pourrez être interpellé à tout moment, et reconduit dans votre pays", contient-elle notamment. "C'est dur, trouve Dembo, ça fait peur". 

Une terre d'accueil pour trois ans

Cette France terre d'accueil qui lui a tant donné pendant trois ans veut maintenant l'expulser... Dembo ne comprend pas. Son patron non plus. Martial Becker, le restaurateur qui lui enseignait son métier, a lancé une pétition pour soutenir son apprenti et fait campagne sur les réseaux sociaux pour le garder.

 "C'était bien, ce qu'ils ont fait : ils m'ont accueilli et scolarisé, payé mon logement, et tout... Donc c'était une bonne chose, franchement, en tant que terre d'accueil, qu'ils aient fait tout ça. [Cette OQTF], ça m'a choqué."

Dembo Monekhata, un jeune Sénégalais passible d'expulsion

à "Envoyé spécial"

Prendre un avion pour rentrer au Sénégal dans les trente jours, comme il lui est demandé dans ce courrier, il n'arrive pas l'envisager. "J'ai quitté chez moi parce que ma vie était en danger, explique le jeune homme. Si je pars, je sais que je vais mourir." Au Sénégal, son beau-père, qui le battait quotidiennement, a un jour tenté de le tuer. Le garçon est parvenu à s'enfuir.

Une situation ubuesque

Aujourd'hui, Dembo se trouve dans une situation absurde : depuis qu'il a reçu son obligation de quitter le territoire, il n'a plus le droit de travailler, mais il peut poursuivre ses études en brevet professionnel. Exceptionnellement, l'Aide sociale à l'enfance a prolongé sa prise en charge.

Dembo a engagé un recours en justice pour contester cette OQTF. Selon la loi, s'ils ne présentent pas une menace pour l'ordre public, les mineurs non accompagnés qui sont apprentis depuis au moins six mois peuvent obtenir, à titre exceptionnel et "sous réserve du caractère réel et sérieux du suivi de [leur] formation", une carte de séjour à leurs 18 ans. Dans l'attente du jugement, Dembo continue à se lever à 6 heures tous les matins, pour aller apprendre son métier de cuisinier... 

Extrait de "Petits patrons au grand cœur", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 14 octobre 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.