Un homme risque d’être condamné pour avoir aidé des migrants

Pierre-Alain Mannoni risque 6 mois de prison avec sursis et 30 000 euros d’amende pour avoir aidé trois jeunes migrantes blessées.

Alors que Pierre-Alain Mannnoni a été relaxé en première instance pour avoir secouru des migrantes blessées, le parquet a fait appel de cette décision. Il encourt aujourd’hui 6 mois de prison avec sursis et 30 000 euros d’amende. Il raconte.

« De cette action moi j’en suis fière »

Inculpé pour « aide à la circulation de personnes en situation irrégulière », cet enseignant chercheur explique comment un jour d’octobre, il a rencontré trois jeunes femmes lourdement blessées sur le bord de la route, qu’il a décidé de secourir. Selon lui, la question d’aider ou pas ces jeunes femmes ne se posait pas.

« On peut débattre de tendre la main ou de ne pas tendre la main mais quand on se retrouve face à ces personnes-là, face à des personnes qui sont en détresse, il n’y a plus d’idéologie, ou on abandonne les gens sur le bord de la route ou on les aide à s’en sortir » explique-t-il.

Il admet ne pas s’être rendu compte que son acte pouvait être condamnable mais insiste pour mentionner qu’il ne regrette pas son geste.

« De cette action moi j’en suis fière, dans le sens où, c’est un exemple que j’ai donné à mes enfants. On est des références pour les générations futures, on est des références pour les enfants, nos actions, nos choix de société, ça va être des références. »

Un homme risque d’être condamné pour avoir aidé des migrants 
Un homme risque d’être condamné pour avoir aidé des migrants  (Brut)