Cet article date de plus de cinq ans.

Un demi-millier de migrants évacués de la gare de Budapest, où le trafic est suspendu

Plusieurs centaines de policiers sont intervenus, dont des forces antiémeute. Aucun incident n'a été signalé lors de l'opération.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants et des policiers se font face à la gare de Budapest (Hongrie), mardi 1er septembre 2015, alors que les premiers tentaient de monter à bord d'un train pour l'Autriche. (LASZLO BALOGH / REUTERS)

C'était le dernier train pour Vienne (Autriche), alors quelque 500 migrants ont tenté de monter à bord, au départ de Budapest (Hongrie). La décision a donc été prise d'évacuer la gare, mardi 1er septembre, entraînant l'intervention de centaines de policiers, dont des membres des forces antiémeute. "Aucun train n'arrivera ni ne partira de la gare de Keleti jusqu'à nouvel ordre. Nous demandons à tout le monde de quitter les lieux", a expliqué un message, diffusé par haut-parleur.

Des officiers de police devant l'entrée de la gare de Budapest (Hongrie), face à des migrants expulsés sur le parvis, le 1er septembre 2015. (LASZLO BALOGH / REUTERS)

Une étape vers l'Autriche et l'Allemagne

Alors qu'ils étaient dirigés vers la sortie, certains migrants se sont mis à crier, mais sans opposer de résistance. Aucun incident n'a d'ailleurs été rapporté pendant l'opération. Plusieurs centaines d'entre eux patientent désormais devant la gare, dont l'entrée est bloquée par les policiers. Cette gare est le point de départ habituel pour les trains vers l'Autriche. La veille, d'ailleurs, 3 650 migrants sont parvenus à gagner Vienne de cette manière, selon la police autrichienne, un record cette année pour une seule journée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.