Réfugiés : l'Europe trouve un accord au forceps

L'Union européenne est parvenue à un consensus sur la répartition de 120 000 migrants à Bruxelles. Quatre pays d'Europe centrale ont voté contre.

FRANCE 2

L'accord sur la répartition de 120 000 migrants en Europe s'est fait au forceps. Au point que tous ses détails ne sont pas encore connus. Il y a eu un vote ce mardi 22 septembre pour acter cette répartition, ce qui est une procédure exceptionnelle.

Une large majorité l'a emporté, seulement quatre États sur 28 se sont opposés à l'accord : la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. Pour François Hollande, en visite à Londres, l'Europe a pris ses responsabilités. "La règle, c'est la majorité qualifiée. Même ceux qui ont voté contre devront appliquer l'accord qui est intervenu", témoigne-t-il.

Pas de pénalités financières pour les récalcitrants

Les États membres se répartiront donc 120 000 réfugiés parmi ceux qui sont actuellement dans les centres d'accueil en Italie et en Grèce. Une répartition qui s'impose à tous, de manière obligatoire. Il n'y aura en revanche pas de pénalités financières pour les États récalcitrants.

Entre 4 000 et 6 000 nouvelles personnes se présentent chaque jour aux portes de l'Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les migrants sur la route reliant Sid (Serbie) ) Tovarnik (Croatie).
Les migrants sur la route reliant Sid (Serbie) ) Tovarnik (Croatie). (ELISE LAMBERT / FRANCE TV INFO)