Pas-de-Calais : trois tentatives de suicide en quelques jours dans un centre de rétention de migrants

Trois tentatives de suicides ont eu lieu dans le centre de rétention administrative de migrants à Coquelles. La préfecture et la police affirment qu'il n'y a aucun dysfonctionnement. 

Des officiers de police devant le centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot, près de Paris, le 22 février 2012.
Des officiers de police devant le centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot, près de Paris, le 22 février 2012. (JOEL SAGET / AFP)

Trois tentatives de suicide se sont produites en quelques jours dans le centre de rétention administrative de migrants à Coquelles, dans le Pas-de-Calais, rapporte France Bleu Nord jeudi 7mars.

Pas de psychologue

Selon des migrants et bénévoles rencontrés par France Bleu Nord, les conditions de rétention y sont particulièrement difficiles : "Ces personnes sont réparties dans trois zones, avec une trentaine de personnes. Les gens dorment les uns sur les autres", raconte un bénévole, dénonçant la promiscuité et l'absence d'intimité.

Pas mal de personnes sont en détresse psychologique. Il n'y a pas de psychologue, que des infirmiers. Pour avoir un rendez-vous avec un psychologue, c'est assez long et généralement il n'y a aucune réponse derrièreUn bénévoleFrance Bleu Nord

Un collectif de bénévoles visiteurs s'inquiète également de la présence possible de sédatif dans la nourriture fournie par le centre : "Les exilés nous racontent qu'après chaque repas tout le monde dort pendant trois ou quatre heures. Certains ont fait des tests, ils n'ont mangé que les desserts et ensuite ils étaient en pleine forme, sans avoir mangé le repas en lui-même."

La préfecture du Nord et la police affirment qu'il n'y a aucun dysfonctionnement au centre de rétention administrative de Coquelles et estiment que ces tentatives de suicide sont des gestes désespérés après l'annonce d'une mesure d'éloignement.