"Ocean Viking" : plus de la moitié des mineurs isolés ont fugué de leur hôtel, selon le président du conseil départemental du Var

L'élu LR Jean-Louis Masson a annoncé au "Figaro" que "26 défections" avaient été enregistrées parmi les 44 mineurs pris en charge à Toulon par l'Aide sociale à l'enfance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un migrant rescapé de l'"Ocean Viking" est conduit vers un centre d'accueil, le 11 novembre 2022, à Hyères (Var). (GUILLAUME HORCAJUELO / EPA / AFP)

"Nous n'avons aucun pouvoir de les retenir." Moins d'une semaine après leur arrivée sur le sol français, la majorité des mineurs isolés secourus par l'Ocean Viking ont fugué de l'hôtel où ils étaient pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance, a annoncé, jeudi 17 novembre, le président du conseil départemental du Var, Jean-Louis Masson, dans Le Figaro

"Trois des 44 mineurs avaient déjà fugué dès le lendemain et le surlendemain de leur prise en charge", précise l'élu du parti Les Républicains, dont l'institution est chargée de leur accueil. "Ce matin, cela fait 23 mineurs de plus qui manquent à l'appel, pour un total de 26 défections."

En route pour l'Allemagne et la Norvège ?

"Ce sont les estimations que nous avons", a corroboré le ministère de l'Intérieur, joint par franceinfo. Ces jeunes étaient libres de leurs mouvements, contrairement aux rescapés majeurs et aux mineurs accompagnés, qui restent maintenus dans la zone d'attente de la presqu'île de Giens.

Majoritairement des Erythréens et des Egyptiens, ces mineurs ont prévenu l'hôtel où ils étaient hébergés qu'ils n'allaient pas rentrer et qu'ils comptaient rejoindre de la famille en Allemagne, en Norvège ou en Suède, selon France Bleu Provence.

"Nous leur avons bien sûr déconseillé", affirme Jean-Louis Masson dans Le Figaro. Mais de tels départs de lieux d'accueil pour mineurs sont fréquents, comme cela avait notamment été observé après l'évacuation de la "jungle" de Calais en 2016.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.