Nord : des CRS logés dans le même hôtel que les migrants qu'ils venaient d'évacuer

Des CRS chargés du démantèlement du camp de migrants de Grande-Synthe ont eu la surprise de constater que leur hôtel avait été choisi pour loger ceux qu'ils avaient évacués quelques heures plus tôt. Ils ont ensuite demandé à changer d'établissement.

Douze bus et environ 200 CRS ont été mobilisés pour le démantèlement d\'un camp et l\'évacuation de migrants à Grande-Synthe (Nord), le 19 septembre 2017.
Douze bus et environ 200 CRS ont été mobilisés pour le démantèlement d'un camp et l'évacuation de migrants à Grande-Synthe (Nord), le 19 septembre 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"C'est une question de principe, c'est inacceptable", lance à franceinfo Christophe Canon, délégué syndical Unsa des CRS du Nord. Mardi 19 septembre au matin, des policiers, chargés du service d'ordre du démantèlement du camp de migrants du Puythouck, à Grande-Synthe (Nord), ont eu la surprise de constater que des exilés allaient être logés dans le même hôtel que le leur, rapporte La Voix du Nord.

C'est lorsqu'un des douze bus mobilisés pour transporter les personnes évacuées s'est dirigé vers leur propre hôtel que les fonctionnaires de police se sont rendu compte du problème. Etonnés, ils ont alors prévenu leurs syndicats, refusant que des migrants, évacués le matin même, ne dorment avec eux le soir venu, notamment pour des raisons de sécurité. "C'est la première fois que ça arrive", lance à franceinfo Christophe Canon, qui précise que 22 CRS logeaient dans cet hôtel de Rouvignies, près de Valenciennes.

Les CRS ont finalement changé d'hôtel

Le service logistique de la police a alors pris la décision de reloger les fonctionnaires concernés dans un autre établissement, dans la même zone. "C'est un couac dans l'organisation de la préfecture, explique le syndicaliste. Ce sont eux qui ont pris la réservation de l'hôtel." La préfecture aurait, selon le syndicaliste, été pris de cours devant le nombre de migrants. Sans place suffisante dans les centres d'accueil, ils se sont repliés sur cet hôtel de Rouvignies. "Nous allons demander à notre hiérarchie et à la préfecture de prendre des mesures afin que cela ne se reproduise pas".

Contactée par franceinfo, la préfecture n'a pas donné suite à nos sollicitations. De son côté, le groupe hôtelier affirme à franceinfo que le groupe de migrants n'est resté qu'une seule nuit dans le fameux hôtel.

Affectés à des missions de maintien de l'ordre dans des quartiers sensibles de Lille et de sa banlieue, les policiers étaient détachés spécialement à Grande-Synthe pour l'évacuation du camp.