Nice : une retraitée jugée pour avoir aidé des migrants

La relaxe a été requise pour Martine Landry, cette septuagénaire qui avait facilité l'entrée sur le sol français de deux mineurs étrangers en situation irrégulière.

France 2

Des dizaines de personnes se sont rendues devant le tribunal de Nice (Alpes-Maritimes), mercredi 30 mai, pour soutenir Martine Landry, responsable locale d'Amnesty International. Celle-ci comparaissait pour avoir aidé deux jeunes migrants guinéens arrivés à la frontière française au niveau de Menton, en juillet 2017.

"Une politique générale d'intimidation"

La procureure a requis la relaxe pour la septuagénaire mais a tout de même dénoncé des manoeuvres destinées à tromper les autorités et la justice. "Je pense que cela fait partie d'une politique générale d'intimidation de toutes les personnes qui portent assistance aux migrants", a déclaré Martine Landry à sa sortie de l'audience. Les militants d'Amnesty International déplorent la politique répressive menée par le gouvernement. Le délibéré est attendu pour la mi-juillet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Martine Landry, militante d\'Amnesty international, le 16 décembre 2017 à Menton (Alpes-Maritimes), à la frontière franco-italienne.
Martine Landry, militante d'Amnesty international, le 16 décembre 2017 à Menton (Alpes-Maritimes), à la frontière franco-italienne. (VALERY HACHE / AFP)