Montpellier : des militants identitaires saccagent le local d'une association d'accueil des mineurs isolés

La Ligue du Midi, un groupe d'identitaires de la région Occitanie, a filmé la mise à sac du local montpelliérain d'une association.

Des militants identitaires saccagent le local d\'une association de Montpellier (Hérault), le 30 juin 2017.
Des militants identitaires saccagent le local d'une association de Montpellier (Hérault), le 30 juin 2017. (DR)

Ils ont filmé leur forfait. Des membres de la Ligue du Midi, un groupe identitaire, ont fait irruption, vendredi 30 juin, dans le local d'une association de défense des mineurs isolés installée à Montpellier (Hérault). Aux cris de "non à l'immigration", ou "assez, assez, des réfugiés", les militants ont ensuite jeté feuilles et dossiers au sol, renversé des meubles et brisé de la vaisselle, raconte le Midi libre (lien abonnés). 

"Ils avaient eu des consignes pour ne rien détruire et ne pas être violents", raconte Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), l'association visée, à franceinfo.

Nos collègues ont été surpris, puis sont restés tétanisés. On est un peu sidérés d'avoir été la cible de groupes politiques.Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Héraultà franceinfo

"A Montpellier, les associations pro-immigration touchent des millions d'euros de subventions", affirme la Ligue du Midi dans sa vidéo, postée sur son compte Facebook et vue près de 90 000 fois. Daniel Martin dénonce une "instrumentalisation". "On est apolitiques, on fait de la protection de l'enfance", se défend-il auprès de franceinfo. L'association n'héberge pas de réfugiés, mais "évalue la situation sociale des mineurs isolés", explique le responsable.

Les soutiens aux migrants qualifiés de "collabos"

Dans l'extrait diffusé par la Ligue du Midi, le président de ce groupuscule d'extrême droite accuse "un directeur" d'avoir été "embauché, grâce à l'argent du conseil général, à raison de 7 800 euros par mois". "Nous ne tolérons plus que sur Montpellier des collabos soient payés avec l'argent du contribuable", assène-t-il. "Ils font référence à une autre association, rit (jaune) Daniel Martin. Avec trente ans de carrière dans le social, je gagne 2 400 euros par mois, payés par l'association, qui est elle-même subventionnée par le conseil général, pour une mission de service public."

La présidente du Réseau accueil insertion Hérault, Béatrice Hervouet, a porté plainte dans la journée, relate le Midi libre (lien abonnés), qui précise que la police dispose de la vidéo. Pour Daniel Martin, la Ligue du Midi a voulu faire "sa pub", quelques jours après le vote par le conseil départemental de subventions à des associations, "notamment RAIH".