Cet article date de plus de six ans.

Migrants : le Danemark suspend les liaisons ferroviaires avec l'Allemagne

La compagnie ferroviaire DSB a suspendu les liaisons, mercredi 9 septembre, sur ordre de la police. Un peu plus tôt, des migrants ont refusé de descendre du train au Danemark, car ils veulent gagner la Suède.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La police danoise contrôle un train occupé par des migrants de Syrie et d'Irak, mercredi 9 septembre 2015, à la gare de Rodby (Danemark). (JENS NOERGAARD LARSEN / SCANPIX DENMARK / REUTERS)

La compagnie ferroviaire danoise DSB a suspendu toutes les liaisons avec l'Allemagne, sur ordre de la police, mercredi 9 septembre. Au moins deux trains transportant 200 réfugiés étaient donc bloqués à Rødby, dans le sud du pays.

"C'est la police qui nous a demandé de le faire"

Désirant aller en Suède, les migrants ont refusé de descendre de leur train, mais les autorités danoises leur ont expliqué qu'ils risquaient ainsi d'être refoulés vers l'Allemagne. Certains migrants ont alors tenté de s'enfuir, avant d'être rattrapés par la police et envoyés dans un centre pour réfugiés.

L'embarquement des trains sur les ferries rapides entre Puttgarden, côté allemand, et Rødby est donc suspendu jusqu'à nouvel ordre, de même que le passage de la frontière terrestre à Padborg, dans l'extrême sud du pays, dans les deux sens. "C'est la police qui nous a demandé de le faire", a indiqué un porte-parole de la DSB. La compagnie a également publié un communiqué.

"Nous ne savons pas combien de temps cela peut durer (...), nous n'avons pas vraiment plus d'informations", a ajouté un porte-parole de la compagnie allemande Deutsche Bahn. Les piétons sont également interdits d'embarquement à bord des ferries, selon un communiqué de l'opérateur Scandlines.

Quelque 300 réfugiés marchent vers Copenhague

La police danoise a également fermé une partie d'une autoroute proche de la frontière avec l'Allemagne, afin d'assurer la sécurité de quelque 300 réfugiés qui tentaient de rejoindre à pied la Suède. Logés dans une école désaffectée après leur arrivée à Padborg, ils ont quitté les lieux pour gagner la capitale, Copenhague, où ils devront encore trouver un train ou des véhicules. "La police a choisi de ne pas intervenir par la force", précise un communiqué, se contentant de suivre le groupe.

Des réfugiés marchent vers Copenhague sur l'autoroute danoise E45, mercredi 9 septembre 2015, dans l'espoir de gagner la Suède. (BENJAMIN NOLTE / DPA / AFP)

Si la Suède est, avec l'Allemagne l'une des destinations privilégiées des réfugiés, notamment syriens, qui arrivent en Europe, le Danemark est moins attrayant pour les réfugiés. Il n'accorde que des droits de résidence temporaire. Le pays a compliqué le regroupement familial et réduit les allocations pour les nouveaux arrivants depuis les élections de juin et le retour au pouvoir d'une coalition de partis de droite.

Le Premier ministre danois, Lars Lokke Rasmussen, a néanmoins affirmé que son pays allait accueillir en urgence une centaine de réfugiés syriens venus d'Allemagne. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.