Migrants : l'intégration par le cricket

À Saint-Omer (Pas-de-Calais), des réfugiés afghans et pakistanais forment une équipe de cricket qui est aujourd'hui en tête du championnat régional.

Voir la vidéo
France 2

L'équipe de cricket de Saint-Omer (Pas-de-Calais) est en demi-finale du championnat régional. Les joueurs de l'équipe sont tous des réfugiés afghans et pakistanais. Ils rêvaient d'Angleterre, mais leur périple s'est arrêté dans le nord de la France. Alors avec l'aide d'habitants, ils ont reformé une équipe de cricket. Encouragés par des bénévoles, ils se sont inscrits à des cours de français, ont demandé leurs papiers et s'imaginent désormais, un avenir en France.

"La jungle, c'était pas bien, il n'y avait pas d'eau chaude comme ici"

Samim Yad est l'un de ces réfugiés. En Afghanistan, ce fils de médecin est dentiste. Mais quand les talibans tuent son frère, il doit prendre la fuite. Sa famille paie un passeur 16 000 €. Le but : rejoindre un proche en Angleterre. Finalement, il échoue dans la "jungle de Calais". À 24 ans, ses rêves sont brisés. Il reprend goût à la vie notamment grâce au cricket. Deux ans plus tard, le jeune Afghan obtient une demande d'asile et le RSA (revenu de solidarité active). Depuis peu, il loue même un petit studio à Calais. "La jungle, ce n’était pas bien, il n'y avait pas d'eau chaude comme ici. Là, je rentre du cricket et je vais prendre ma douche". À 27 ans, il cherche à vivre à la française. Il espère maintenant trouver un travail. En attendant, il va à la rencontre des habitants.

Et dimanche 9 septembre a lieu un match amical contre des Anglais. Tout un symbole, car de l'Angleterre, ils ne verront que ces joueurs. La victoire est facile, c'est une belle revanche contre un pays rêvé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Samim Yad
Samim Yad (France 2)