Onze migrants sont morts après le naufrage de deux bateaux au large de l'Italie

Les recherches se poursuivent pour retrouver des personnes disparues, ont précisé lundi les garde-côtes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des images des garde-côtes italiens montrent le naufrage d'une embarcation, le 17 juin 2024 au large de l'Italie. (HANDOUT / GUARDIA COSTIERA / AFP)

Une autre sombre journée en Méditerranée. Au moins 11 personnes sont mortes après le naufrage de deux embarcations de migrants au large des côtes italiennes, ont affirmé lundi 17 juin l'organisation allemande ResQship et les garde-côtes italiens. "Notre équipe a pu évacuer 51 personnes, dont deux étaient inconscientes. Il a fallu les libérer à coups de hache", a fait savoir l'ONG dans un message sur X, annonçant avoir retrouvé dans ce bateau les corps de dix autres migrants. "Les personnes inconscientes reçoivent actuellement des soins médicaux et attendent une évacuation urgente".

Les gardes-côtes italiens ont quant à eux annoncé avoir récupéré 12 personnes sur un autre bateau, un voilier à la dérive, au large de la Calabre. Un passager est mort au cours des opérations de sauvetage. 

Une cinquantaine de migrants secourus près de la Libye

Les recherches se poursuivent avec la mobilisation d'équipes italiennes, ainsi que de Frontex, ont poursuivie les garde-côtes dans un communiqué, sans préciser le nombre de personnes présumées disparues. Selon l'agence de presse italienne Ansa, une cinquantaine de passagers sont portés disparus.

Parallèlement, l'ONG SOS Méditerranée a annoncé avoir secouru lundi matin 54 personnes, dont 28 mineurs non accompagnés, à bord d'une embarcation pneumatique dans la zone de recherche et de sauvetage libyenne. Elles ont été prises en charge à bord du navire-ambulance Ocean Viking.

L'an dernier, 3 155 migrants sont morts ou ont disparu en Méditerranée, contre 2 411 officiellement recensés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) l'année précédente.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.