Mayotte : "L'État doit prendre ses responsabilités"

Plusieurs milliers de personnes manifestent ce 13 mars à Mamoudzou, le chef-lieu de l'île de Mayotte. Elles dénoncent l'insécurité et l'immigration clandestine. La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, doit rencontrer sur place le collectif à l'origine du mouvement.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ce mardi 13 mars, plusieurs milliers de Mahorais sont descendus dans les rues de Mamoudzou (Mayotte) pour manifester. "L'État doit prendre ses responsabilités. Il y en a marre de ne pas avoir assez de moyens pour les écoles, pour les hôpitaux", déclare un manifestant. Le mouvement s'est dirigé vers le conseil départemental pour investir l'hémicycle pendant que des élus étaient en réunion.

Exaspérés par l'immigration clandestine et l'insécurité croissante

Les tensions se font ressentir alors que la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, est toujours présente sur l'île. Depuis 24h, elle a bien du mal à se faire entendre et est régulièrement interpellée par les habitants en colère. Ces derniers sont exaspérés par l'immigration clandestine et l'insécurité croissante. La ministre a promis plus de forces de l'ordre pour lutter contre la délinquance sur l'île. C'est insuffisant, selon les collectifs à l'origine des manifestations, qui devaient la rencontrer dans l'après-midi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants attendent la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, à son arrivée à Grande-Terre, la principale île de Mayotte, le 12 mars 2018.
Des manifestants attendent la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, à son arrivée à Grande-Terre, la principale île de Mayotte, le 12 mars 2018. (ORNELLA LAMBERTI / AFP)