Le Canada compte accueillir un million de migrants d'ici à la fin 2020

Le pays d'Amérique du Nord veut ainsi, en priorité, répondre à ses besoins de main-d'œuvre. En 2018, le Canada prévoit d'accorder la résidence permanente à 310 000 étrangers

Le ministre de l\'Immigration canadien Ahmed Hussen, le 18 septembre 2017 à New York (Etats-Unis). 
Le ministre de l'Immigration canadien Ahmed Hussen, le 18 septembre 2017 à New York (Etats-Unis).  (RICCARDO SAVI / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Face à ses évolutions économiques et démographiques, le Canada fait appel à l'étranger. Le pays nord-américain, qui compte actuellement 36 millions d'habitants, souhaite attirer pas moins d'un million de nouveaux migrants d'ici à trois ans, afin de répondre aux besoins de main-d'oeuvre dans le pays.

Le ministre de l'immigration, Ahmed Hussen, a annoncé ces chiffres mercredi 1er novembre, lors d'une conférence de presse à Toronto. L'an prochain, le Canada prévoit d'accorder la résidence permanente à 310 000 étrangers, puis 330 000 en 2019, avant d'atteindre 340 000 en 2020. Il y a précisément un an, le gouvernement canadien avait placé la barre à 300 000 nouveaux arrivants chaque année - un volume désormais jugé insuffisant. 

Ces arrivées importantes de migrants se feront quasiment aux deux tiers pour des raisons économiques, mais aussi par le biais du regroupement familial et de la poursuite de l'accueil de réfugiés"En réponse aux demandes des entreprises canadiennes et aux besoins de main-d'oeuvre", l'arrivée de nouveaux migrants "soutiendra la croissance économique", a assuré Ahmed Hussen. 

7,5 millions de Canadiens sont nés à l'étranger

"Cela nous aidera à faire face aux défis des prochaines années, comme le ralentissement de la croissance de la force de travail et le manque de main-d'œuvre lié au vieillissement de la population", a poursuivi le ministre de l'immigration canadien, d'origine somalienne et lui-même arrivé au Canada en tant que réfugié. 

Le ratio de 6,6 personnes actives canadiennes pour un retraité en 1971 a sensiblement baissé, atteignant 4,2 en 2012. Il risquerait de tomber à deux d'ici 2036 si aucun plan d'immigration n'est mis en oeuvre, a prévenu Ahmed Hussen. "Cette augmentation des niveaux d'immigration permettra" aussi de résorber les nombreuses demandes au titre du regroupement familial, a-t-il précisé. 

Avec l'accès à la nationalité canadienne d'une grande partie des résidents permanents dans les prochaines années, la proportion de Canadiens nés à l'étranger va continuer d'augmenter. Selon les données du dernier recensement, publié la semaine dernière, 7,5 millions des Canadiens (21,9% de la population) sont nés à l'étranger. Cette proportion se rapproche des 22,3% enregistrés en 1921, un niveau record dans l'histoire du pays.