Élections : la Suède est rentrée dans l'ère des turbulences

Le journaliste Pascal Verdeau, en duplex de Stockholm, décrypte les résultats des élections du dimanche 9 septembre en Suède.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Il n'y a finalement pas eu de raz-de-marée nationaliste aux élections législatives dimanche 9 septembre en Suède. Par contre, avec 18% des suffrages, l'extrême droite s'ancre. "Des populistes qui vont rejoindre la famille nordique des autres populistes danois et finlandais. Jimmie Akesson, avec sa figure de gendre idéal, a donné un gage d'honorabilité à son parti, il a réussi à le dédiaboliser" selon le journaliste Pascal Verdeau.

"La Suède est rentrée dans l'ère des turbulences"

En revanche, le parti d'extrême droite suédois "a échoué dimanche 9 septembre à transformer le scrutin en référendum pour ou contre les migrants. L'an dernier, la Suède n'a accueilli que 35 000 réfugiés. Dans les sondages faits le jour même, l'immigration n'arrive qu'en sixième position dans les motivations des électeurs, loin derrière la sécurité, les hôpitaux, les crèches, les écoles" précise Pascal Verdeau. Ce scrutin marque également "une défaite pour les grands partis de gouvernement, la gauche et la droite, incapables de répondre à la colère des électeurs suédois. La Suède est rentrée dans l'ère des turbulences" conclut le journaliste, en duplex à Stockholm.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jimmie Akesson, chef de file des Démocrates de Suède (DS) dimanche 9 septembre 2018, à l\'annonce des résulatts des législatives. 
Jimmie Akesson, chef de file des Démocrates de Suède (DS) dimanche 9 septembre 2018, à l'annonce des résulatts des législatives.  (ANDERS WIKLUND / TT NEWS AGENCY)