DIRECT. Migrants : Hollande et Merkel s'accordent sur la nécessité de mettre en place des quotas dans l'UE

Après la publication d'une photo choc d'un enfant syrien retrouvé mort noyé sur une plage de Turquie, la France et l'Allemagne prennent des initiatives. 

Le président de la République, François Hollande, le 6 août à Suez (Egypte).
Le président de la République, François Hollande, le 6 août à Suez (Egypte). (PHILIPPE WOJAZER / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La photo choc du petit Aylan Kurdi, enfant syrien retrouvé mort sur une plage de Turquie, accélère les décisions politiques sur la question de l'accueil des migrants en Europe. François Hollande et Angela Merkel se sont accordés, jeudi 3 septembre, sur la nécessité de mettre en place des quotas de migrants dans l'Union européenne. La France refusait jusqu'à présent d'entendre parler de répartition contraignante entre pays pour faire face à l'afflux de milliers de migrants. Une réunion à l'Elysée entre François Hollande et les ministres français est prévue à 16 heures.

Ce petit garçon de trois ans est mort noyé dans le naufrage de deux embarcations transportant des Syriens. Ces bateaux étaient partis dans la nuit de mardi à mercredi de la ville côtière turque de Bodrum à destination de l'île grecque de Kos, l'un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l'Europe. 

Ces photos font la une de la presse européenne, mais pas des journaux français, à l'exception du Monde, qui paraît plus tard. Une différence de traitement vivement dénoncée sur les réseaux sociaux.

Du côté de la classe politique, François Hollande indique que la France et l'Allemagne "ont décidé de transmettre dès aujourd’hui des propositions communes pour organiser l’accueil des réfugiés." "L’Europe doit protéger ceux pour qui elle est le dernier espoir", dit-il. Angela Merkel évoque de son côté "des quotas contraignants pour se partager les devoirs. C'est le principe de solidarité." 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

23h36 : C'est elle qui a pris la photo du petit Aylan Kurdi, ce réfugié syrien mort noyé. "Quand je l'ai vu, je suis restée figée, glacée. Il n'y avait malheureusement plus rien à faire pour cet enfant. J'ai fait mon métier", raconte Nilüfer Demir, photographe dans une agence de presse. Retrouvez son témoignage ici. (ANDY RAIN / EPA / MAXPPP)

23h17 : "On devrait avoir honte de Viktor Orban."

Les réfugiés ne devraient pas risquer la vie de leurs enfants en essayant de gagner l'Europe, a déclaré le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, en réaction à l'émoi suscité par la publication de la photo d'un enfant syrien de trois ans mort noyé en Turquie. Des propos qui ont suscité une réaction indignée du ministre des Affaires étrangères luxembourgeois : "Nous n'avons pas besoin de telles paroles".

23h08 : Alors que l'Allemagne et la France se sont rangées derrière sa proposition de quotas obligatoires, la Commission européenne étudie la possibilité de quadrupler le nombre de demandeurs d'asile à répartir entre pays membres de l'Union européenne. C'est-à-dire de demander aux 28 de prendre en charge 160 000 demandeurs d'asile, arrivés ces dernières semaines en Italie, en Grèce et en Hongrie.

22h23 : "Vous avez compris le message Premier ministre ?" ; "Les réfugiés sont les bienvenus" ; "Le petit garçon qui fait honte au monde" ; "La réponse honteuse d'un Premier ministre honteux"... Après le choc de la photo d'Aylan Kurdi, les quotidiens britanniques estiment que David Cameron n'est pas la hauteur et ils mettent la pression pour que la Grande Bretagne accueille davantage de réfugiés et dans de meilleures conditions.








22h02 : Après le choc de la photo d'Aylan Kurdi, les initiatives se multiplient en France en faveur des réfugiés. Elles prennent des formes diverses : pétitions, lettre ouverte, manifestation... Nous vous les détaillons dans cet article.

21h38 : Statu quo tendu en Hongrie. Un train à destination de l'Autriche a été pris d'assaut par des migrants. Ils ont été évacués après une quarantaine de kilomètres de trajet et emmené dans un campement. Mais d'autres refusent d'être évacués et campent dans le train, près de Budapest.






(Laszlo Balogh / reuters)

21h24 : "Au Bayern, on considère que c'est notre responsabilité sociale d'aider les réfugiés. On doit aider les enfants, femmes et hommes dans le besoin, les accompagner en Allemagne."

Face à l'arrivée constante de migrants en Allemagne, le club bavarois a annoncé, jeudi 3 septembre, plusieurs mesures pour leur venir en aide. Le détail dans notre article.

21h09 : Alors que l'Allemagne et la France se sont accordées sur le principe de "quotas contraignants" pour l'accueil des demandeurs d'asile par les pays de l'Union Européenne, ça grince des dents chez Les Républicains. A l'image de Nadine Morano qui ironise sur Twitter.

20h37 : Si la photo d'Aylan Kurdi, un enfant syrien de 3 ans retrouvé mort sur une plage de Bodrum (Turquie), a ému l'Europe, elle a aussi secoué la campagne des législatives au Canada.

A un mois et demi des élections, la gauche a mis en cause le gouvernement conservateur du Premier ministre sortant Stephen Harper pour avoir refusé d'accueillir cette famille kurde syrienne. Nous vous expliquons le parcours de cette famille dans cet article.

20h11 : Libération lance une appel à sa une demain : "AGIR", au lendemain d'un drame qui émeut le monde entier, après la publication d'une photo d'un enfant syrien âgé de 3 ans, retrouvé mort hier sur une plage de Turquie.

20h00 : Face à l'arrivée constante de réfugiés en Allemagne, le Bayern Munich a fait un don d'un million d'euros pour des projets destinés aux migrants. Le géant bavarois, à travers sa section jeunesse, a prévu de mettre en place dans les semaines à venir "un camp d'entraînement" pour les jeunes réfugiés, qui bénéficieront de repas, d'équipements de football et de cours d'allemand.

Le club de football allemand n'est pas le seul à manifester sa solidarité envers les migrants. La sélection du Portugal, réunie aujourd'hui à Lisbonne avant son match amical face à la France, a observé une minute de silence. Et ce soir, à Florence, Italiens et Maltais doivent aussi observer une minute de silence avant leur match du groupe H de qualifications à l'Euro-2016.

19h51 : Voici le témoignage du père de Aylan, garçon de 3 ans mort noyé, avec son frère et sa mère.

19h34 : "Honte des chrétiens prompts à descendre dans la rue pour d'autres causes mais semblent ignorer cette tragédie. Mais qu'est donc devenue la Manif pour tous ? Si elle est pour tous, elle aussi pour les migrants !"

"En regardant la photo du petit Aylan (3 ans) rejeté par les vagues sur une plage de Turquie, image qui nous jette en pleine figure le scandale de notre égoïsme, j'ai honte !", écrit l'évêque dans un texte publié par le diocèse de Gap.

19h12 : Les corps des syriens, morts noyés (dont le le petit Aylan) après le naufrage de leur embarcation, qui faisait cap vers l'île grecque de Kos, vont être acheminés vers l'aéroport de Mugla, en Turquie, pour être enterré à Kobané, en Syrie.



REUTERS/Murad Sezer

18h57 : "Nous avions des gilets de sauvetage, mais le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés. Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants m'ont glissé des mains."

Le père du petit Aylan Kurdi, un enfant syrien de 3 ans mort noyé près des côtes turques, a raconté jeudi 3 septembre comment sa famille a été décimée lorsque l'embarcation qui les conduisait sur l'île de Kos (Grèce) a chaviré. Le détail de son récit est ici.

18h50 : Le cliché du petit Aylan Kurdi, 3 ans, dont le corps sans vie a été découvert sur le littoral turc, provoque une immense émotion. Au-delà de l'instantané, une photo peut-elle changer le cours d'une guerre ? Francetv info a recueilli l'analyse d'Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction de Paris Match.



(MAXPPP)

18h22 : "Aujourd'hui, ce qui a été engagé ne suffit plus et il y a des pays qui ne répondent pas à leur obligations morales." Le président de la République, ému par la mort du petit Aylan Kurdi, veut "un mécanisme permanent et obligatoire" pour les réfugiés. Voici les déclarations de François Hollande.

(FRANCE 2 et FRANCE 3)

17h59 : La mort d'Aylan Kurdi fait débat au Canada, où la famille comptait se rendre. En pleine campagne électorale, le leader de l'opposition, Thomas Mulcair, a expliqué, très ému, qu'un membre de son groupe parlementaire avait tenté d'aider la famille d'Aylan à gagner le Canada, mais que la demande avait été rejetée par l'agence concernée, qui dépend du ministre de l'Immigration.

17h43 : Les images sont poignantes. A la gare de Bicske (Hongrie), une réfugiée syrienne, qui porte un bébé dans ses bras, refuse de se voir emmenée dans un centre de réfugiés. Dans un geste désespéré, son mari l'étreint et se couche avec elle sur les rails.




(SKY NEWS / APTN)

17h26 : @anonyme Lorsque nous avons pris connaissance de la photo du petit Aylan, hier soir, nous avons eu des réactions partagées. Certains pensaient que la photo devait être floutée, par respect pour la dignité humaine, et parce qu'elle pouvait être choquante pour de nombreux internautes. D'autres estimaient que flouter la photo pouvait minimiser sa portée.

A l'issue de notre conférence de rédaction, ce matin, nous avons jugé collectivement que la photo ne heurtait pas la dignité de l'enfant, et qu'elle reflétait finalement l'ampleur du drame qui se joue depuis des mois aux portes de l'Europe. Autant de raisons qui nous ont poussés à diffuser une version non floutée du cliché.

17h26 : Bonjour, Je suis une accro à votre application, je l'ouvre plusieurs fois par jour mais là, je suis déçue et choquée. Vous n'aviez pas besoin de mettre la photo de ce petit garçon. Chacun doit avoir le choix de ce qu'il veut voir ou pas. J'ai beaucoup apprécié la sobriété de nos journaux. Vous en avez manqué. Bonne journée.

17h26 : Les tabloïds anglais sont sous le feu des critiques après la publication de la photo du petit Aylan Kurdi. Toujours prompts à porter des idées anti-immigration, glissant régulièrement vers le racisme, ils se montrent prêts à surfer sur l'émotion suscitée par cette photographie, comme l'explique notre article.



(MAXPPP)

17h13 : Le directeur en charge des éditions de Libération, Johan Hufnagel, explique à ses lecteurs pourquoi le journal n'a pas publié la photo du petit Aylan Kurdi ce matin. "La réponse est malheureusement simple : nous ne l'avons pas vue", affirme-t-il.

16h52 : La photo d'Aylan Kurdi, enfant syrien retrouvé mort sur une plage de Turquie, a suscité une vague d'indignation dans le monde. Des dessinateurs de presse lui rendent hommage. Fabien Magnenou a sélectionné treize dessins marquants, relayés sur les réseaux sociaux.




16h49 : Voici des images de Bicske (Hongrie), gare située à une quarantaine de kilomètres de Budapest, où certains migrants arrivés en train ont refusé de rejoindre un camp de réfugiés où ils ont été transportés, semble-t-il, sans savoir que le train les y emmenait.










REUTERS

16h37 : Face aux drames à répétition, des Français se mobilisent. Un collectif a lancé une pétition pour réclamer l'accueil de migrants en Aquitaine et Poitou-Charentes. Près de 8 000 personnes ont déjà signé, selon Sud Ouest.fr.

16h19 : Il a eu le malheur de commencer sa vie dans un pays qu'il n'avait pas choisi et le malheur de penser qu'il pouvait trouver mieux ailleurs. L'Europe est loin d'un eldorado... Souvenez-vous : il y avait un temps où on était plus respectueux des migrants, on leur donnait une chance...

16h19 : Quand les médias vont cesser de publier ces photos de cet enfant décédé ? C'est inadmissible et irrespectueux pour lui.

16h19 : Honteux de publier la photo du petit sacrifié? La honte c'est la mort de ce petit et de tant d'autres. Il faudrait poursuivre ceux qui sont coupables de "non-assistance à personne en danger".

16h19 : Vous êtes toujours très nombreux, dans les commentaires, à réagir à la photo du petit Aylan Kurdi, retrouvé mort échoué sur une plage turque. Voici quelques-uns de vos commentaires.

16h17 : "Nous avions des gilets de sauvetage, mais le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés. Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants ont glissé de mes mains."

Le père de l'enfant de 3 ans dont la photo a fait le tour du monde témoigne auprès de l'agence turque Dogan.

16h04 : Pourquoi les migrants qui fuient la Syrie ne fuient-ils pas vers les pays du Golfe et leur prospérité économique ? Un article de la BBC (en anglais) souligne que les Syriens éprouvent de grandes difficultés, tant administratives que financières, à rejoindre ces pays.

15h51 : "Je ne voudrais pas que l'on en reste au registre de l'émotion. Je pense aussi aux victimes qui ne sont jamais photographiées, qui sont ignorées, et aux futures victimes si nous ne faisons rien."

15h49 : "Il faudra répartir ces demandeurs d'asile, ces réfugiés. Nous avons proposé avec la chancelière Merkel un mécanisme permanent et obligatoire."

15h49 : "Si l'image fait le tour du monde, elle doit aussi faire le tour des responsabilités."

François Hollande s'exprime après l'émotion suscitée par la photo de l'enfant syrien échoué sur une plage turque.

15h25 : La Commission européenne propose de répartir 120 000 réfugiés de plus sur le continent, selon une source européenne.

15h23 : Alors que la photo du petit enfant syrien échoué sur une plage turque continue à émouvoir le monde entier, une publicité malheureuse s'est glissée dans Le Monde, remarque-t-on sur Twitter.

15h09 : Anglea Merkel annonce que la France et l'Allemagne sont d'accord pour proposer des quotas contraignants pour l'accueil des migrants en Europe.

15h07 : François Hollande et Angela Merkel veulent également "rapprocher les normes pour renforcer le système d'asile européen", "assurer le retour des migrants irréguliers dans leur pays d'origine", et "apporter le soutien et la coopération nécessaires avec les pays d'origine et de transit", poursuit l'Elysée.

15h03 : François Hollande et Angela Merkel vont transmettre des propositions communes pour organiser l'accueil des réfugiés et une répartition équitable en Europe, annonce l'Elysée.

14h14 : Aylan Kurdi est mort noyé avec son frère et sa mère. Ils tentaient, avec le père de famille, de se rendre au Canada en passant par l'Europe. Francetv info revient sur ce que l'on sait de l'enfant de 3 ans dont la photo fait le tour du monde.



(DOGAN NEWS AGENCY / AFP)

13h44 : Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, accuse les pays européens d'avoir transformé la Méditerranée en "un cimetière de migrants".

13h51 : Un autre train chargé de migrants est parti de la gare de Budapest (Hongrie), officiellement en direction d'une ville proche de la frontière slovaque. Mais nul ne sait s'il arrivera à destination. Un premier train en direction de l'Autriche a été stoppé à une quarantaine de kilomètres de Budapest et les migrants ont été acheminés en bus dans un camp de réfugiés.





(LASZLO BALOGH / REUTERS)

13h15 : Plus de 230 000 migrants ont gagné la Grèce par la mer depuis janvier, selon les autorités grecques.

13h11 : La photo de l'enfant syrien de 3 ans, retrouvé mort sur une plage turque, fait le tour du monde, depuis hier, et continue de susciter beaucoup de réactions. Notre journaliste Fabien Magnenou revient sur cette journée qui a bouleversé la planète.





12h48 : En Hongrie, le train transportant plus de 200 migrants, parti ce matin de Budapest pour la frontière autrichienne, a été stoppé après seulement quelques kilomètres de trajet. Les migrants ont été débarqués à Bicske, où se trouve un camp de réfugiés.

12h38 : François Hollande s'est entretenu avec Angela Merkel et le président de l'UE au sujet d'initiatives en faveur des migrants, indique son entourage.

12h30 : François Hollande convoque une réunion de "tous les ministres concernés" à 16 heures à l'Elysée.