Des sauveteurs espagnols seront bientôt jugés en Grèce pour trafic de migrants

Ces bénévoles participaient à des opérations de sauvetage dans les eaux de Lesbos, au début de l'année 2016. Le procureur de Mytilène avait ouvert des poursuites pénales pour "tentative d'aide à l'entrée de migrants irréguliers". 

Le ministre des Affaires étrangères espagnol, Alfonso Dastis, rencontre trois pompiers à Madrid (Espagne), le 5 avril 2018. Ces derniers seront jugés le 7 mai prochain à Lesbos.
Le ministre des Affaires étrangères espagnol, Alfonso Dastis, rencontre trois pompiers à Madrid (Espagne), le 5 avril 2018. Ces derniers seront jugés le 7 mai prochain à Lesbos. (OSCAR DEL POZO / AFP)

Trois pompiers espagnols annoncent qu'ils seront jugés devant un tribunal grec, le 7 mai, pour avoir tenté d'aider des migrants clandestins à entrer à Lesbos (Grèce), où ils participaient à des sauvetages en mer. Ils se sont adressés à la presse, jeudi 5 avril, après avoir été reçus par le ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis.

"Nous avons reçu l'engagement du ministre que nous aurons toute l'aide consulaire nécessaire pour faire face à ce processus" judiciaire, a déclaré Manuel Blanco, l'un des pompiers mis en cause. Afin de montrer son soutien, le ministre a d'ailleurs accepté de poser avec l'équipe devant les photographes. Il a également souligné qu'ils avaient bien mené des tâches de "sauvetage et d'aide humanitaire".

Les faits remontent au début de l'année 2016, dans les eaux de Lesbos. "Nous sommes allés faire un sauvetage cette nuit-là dans des conditions vraiment froides, en hiver", relate Manuel Blanco, bénévole de l'association Proem-AID, mais il n'y a pas eu de sauvetage parce que nous n'avons pas trouvé le navire" recherché. Au retour, les pompiers ont été interceptés par les garde-côtes grecs. Puis le procureur de Mytilène, chef-lieu de Lesbos, a ouvert des poursuites pénales pour "tentative d'aide à l'entrée de migrants irréguliers".

Au moins un Danois également jugé

Des milliers de migrants risquaient leur vie pour gagner cette île grecque de la mer Egée, en provenance des côtes turques voisines. "Nous ne transportions personne à bord de notre embarcation et ils nous accusent d'avoir eu l'intention de le faire. C'est difficilement tenable", a plaidé le pompier.

De même que nous sortons pour mener un sauvetage s'il y a un tremblement de terre, nous étions en train de secourir les gens qui avaient besoin d'aide. Dans ce cas précis, ils étaient en mer, essayant d'atteindre les côtes de l'Europe.Manuel Blanco, pompier bénévole de l'ONG Proem-Aid

Deux Danois de l'ONG Team Humanity avaient également été arrêtés et relâchés en janvier 2016. Cette seconde association annonce sur Facebook qu'au moins l'un de ses membres sera lui aussi jugé le 7 mai à Mytilène.