Calais : les chauffeurs routiers soulagés du démantèlement de la "jungle"

Deux jours après le démantèlement de la "jungle" de Calais, les chauffeurs routiers espèrent désormais travailler plus sereinement.

France 3

Comme chaque jour, Sébastien Legrand emprunte la même route pour se rendre au port de Calais (Pas-de-Calais) et livrer sa marchandise. Il y a encore une semaine, circuler ici était une épreuve. Mais avec le démantèlement de la "jungle", les chauffeurs routiers se sentent aujourd'hui soulagés. "On n'est plus embêté sur la route, c'est vide", se réjouit-il au micro de France 3.

Un soulagement pour patrons et employés

Sur cette rocade, Sébastien Legrand se souvient d'incidents réguliers entre routiers et migrants. Ces derniers tentaient par tous les moyens de grimper dans leurs camions. Pour les chauffeurs, le démantèlement de la "jungle" sonne comme une victoire. Pour leurs patrons aussi qui réparaient régulièrement les camions. Mais tous restent méfiants. "Nos chauffeurs sont soulagés, mais ils sont comme moi, ils attendent de voir ce que ça va donner", explique Jean-Pierre Devigne, RDV Transport Calais. En 2014, trois millions de camions ont transité par Calais pour rejoindre l'Angleterre. Aujourd'hui, si les migrants ont quitté la "jungle", la construction du mur anti-intrusion, elle, se poursuit.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux convois de camions convergent vers Calais, lundi 5 septembre, pour exiger le démantèlement de la \"jungle\".
Deux convois de camions convergent vers Calais, lundi 5 septembre, pour exiger le démantèlement de la "jungle". (PHILIPPE HUGUEN / AFP)