Calais : comment démanteler le camp ?

L'opération de démantèlement de la jungle, confirmée par François Hollande ce lundi 26 septembre, s'annonce délicate et compliquée.

France 2

Démanteler complètement et définitivement la jungle, comme l'a répété le chef de l'État, ce 26 septembre, c'est concrètement évacuer et détruire toutes les tentes et les abris de fortune. Une opération d'une complexité inédite. Ce que redoutent les pouvoirs publics, c'est de revivre le scénario de mars dernier, pendant l'évacuation de la zone sud du camp.

Coups de bulldozers

Aujourd'hui, c'est 9 000 places qu'il faut trouver et de nombreux migrants qu'il faut convaincre de partir, c'est tout le travail des associations. Les démantèlements à Calais, on peut dire qu'on est habitué. 2002, le hangar de Sangatte est fermé, la moitié des 2 500 migrants sont accueillis par la Grande-Bretagne. Aujourd'hui, ça n'est plus qu'un souvenir, l'histoire s'est continuée à Calais. 2009, la première jungle installée dans les bois est détruite à coups de bulldozers. Mais aucune solution n'est proposée, les migrants installent des squats un peu partout en ville. Cette année, après l'évacuation de la partie sud du camp, le nombre de migrants n'a fait que croître. Les riverains ont dû mal à croire à une fin définitive de la jungle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'une partie de la jungle sud de Calais le 22 février 2016.
Photo d'une partie de la jungle sud de Calais le 22 février 2016.