Australie : des dizaines de migrants libérés après des années de détention

Ils étaient retenus dans des camps de rétention du Pacifique, où Canberra reléguait les clandestins pour dissuader les demandeurs d'asile de tenter d'entrer sur l'île. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants déploient une banderole, le 1er décembre 2016, au Parlement à Canberra (Australie) pour réclamer la fermeture des camps de détention offshore de migrants.  (NATHANIAL HOWELLS / AFP)

Des dizaines de migrants ont été libérés en Australie, après des années passées dans des camps de rétention où les clandestins étaient relégués pour dissuader les demandeurs d'asile de tenter d'entrer sur l'île, ont annoncé mardi 2 mars des ONG.

Ce sont plus d'une soixantaine de personnes qui ont été autorisées ces deux derniers jours à quitter des hôtels et centres de détention de Brisbane, Sydney et Darwin, selon la Coalition pour l'action pour les réfugiés et des avocats.

Ces migrants ont obtenu un titre de séjour temporaire, après avoir passé jusqu'à huit ans pour certains dans des centres de rétention offshore. Ils avaient été transférés en Australie pour raisons médicales.

De nombreux recours en justice 

Pendant des années, Canberra a placé les clandestins tentant de gagner ses côtes dans des camps offshore sur l'île papouasienne de Manus, ou dans le petit Etat plus à l'Est de Nauru, en application d'une politique d'immigration condamnée par les organisations de défense des droits de l'Homme.

Un premier groupe d'une soixantaine de personnes avait déjà été libéré en décembre et en janvier. Le ministre de l'Intérieur Peter Dutton avait expliqué en janvier à la radio qu'il était moins coûteux de libérer les migrants que de les laisser en détention.

Noeline Balasanthiran Harendran, de l'organisation Sydney West Legal and Migration, a expliqué que ces libérations intervenaient alors que de nombreux migrants avaient déposé des recours en justice contestant la légalité de leur maintien en détention.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.