Vidéo Crimes de guerre en Ukraine : quand les Russes aussi dénoncent des exactions contre leurs soldats

Publié Mis à jour
Crimes de guerre en Ukraine : quand les Russes aussi dénoncent des exactions contre leurs soldats
Complément d'enquête / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Quatre mois après l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes, la guerre continue de faire rage. Alors que les deux camps s’accusent mutuellement d’exactions, voire de manipulations, comment les enquêtes pour crimes de guerre peuvent-elles être menées en toute indépendance ? Extrait d'un document diffusé dans "Complément d'enquête" le 23 juin 2022.

Depuis le 24 février 2022, date de l'offensive russe en Ukraine, les troupes de Vladimir Poutine sont accusées de violer délibérément le droit international et de se livrer à des exécutions de civils et à des actes de torture. Le massacre commis à Boutcha ou encore le bombardement sur la maternité de Marioupol font l'objet d'enquêtes de la Cour pénale internationale sur de possibles crimes de guerre.

Moscou rejette ces accusations, invoquant des mises en scène. Un argument que reprend le directeur d'un tribunal civil international pour l'Ukraine à Moscou, le seul à avoir accepté de répondre à "Complément d'enquête" (les ministères russes de la Défense, des Affaires étrangères comme le Kremlin ont refusé les demandes d'interview du magazine). Sans surprise, Maxim Grigoriev argue que "la plupart des rapports occidentaux sont rédigés à partir d'enregistrements vidéo mis en scène, qu'on a filmés spécialement". 

Certaines vidéos diffusées par la télévision russe ont été authentifiées

Celui que les autorités russes ont chargé de rétablir leur vérité sur le conflit affirme enquêter sur les exactions, mais celles qui seraient commises du côté ukrainien. Les chaînes de télévision russes les dénoncent en boucle, avec des images de soldats russes reconnaissables à leurs brassards blancs, ligotés au sol ou recevant une balle dans les genoux. La partie russe peut-elle être accusée de mises en scène à son tour ? "Dans certains cas, ça pourrait être un fake, d'autres fois non", reconnaît Iryna Venediktova, la procureure générale d'Ukraine. Interrogée par "Complément d'enquête", elle affirme que des enquêtes sont lancées sur "tout ce qui ressort des médias, y compris des médias russes".

Certaines de ces vidéos ont d'ailleurs été authentifiées, comme ces images tournées près de Kiev où un soldat russe est exécuté au sol. L'un des militaires, qui apparaît à visage découvert, a été identifié par un site d'information. C'est un combattant géorgien membre des forces armées ukrainiennes. Mais plus de deux mois après les faits, d'après les informations dont dispose "Complément d'enquête", aucun soldat n'a encore été inculpé dans cette affaire.

Extrait de "Crimes de guerre : le visage des bourreaux", un document diffusé dans "Complément d'enquête" le 23 juin 2022.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.