Ukraine : Hollande et Merkel quittent Moscou après des "discussions constructives" avec Poutine

La chancelière allemande et le président français ont quitté Moscou après cinq heures de négociation.

La chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine et le président de la République François Hollande, le 6 février 2015 à Moscou (Russie).
La chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine et le président de la République François Hollande, le 6 février 2015 à Moscou (Russie). (MAXIM ZMEYEV / AP / SIPA)

Les négociations sur l'avenir de l'Ukraine se poursuivent. En déplacement à Moscou (Russie), la chancelière allemande Angela Merkel et le président François Hollande ont obtenu vendredi 6 février la participation du président russe Vladimir Poutine à l'élaboration d'un plan de paix pour mettre fin à la guerre dans l'est de l'Ukraine.

Les trois dirigeants vont ainsi s'entretenir dimanche par téléphone avec le président ukrainien Petro Porochenko. Cet entretien doit permettre d'élaborer un document sur le règlement du conflit dans l'est de l'Ukraine. Cette annonce a été faite à l'issue d'un entretien de plus de cinq heures entre Vladimir Poutine, François Hollande et Angela Merkel, des négociations "constructives" et "substantielles" selon les mots du Kremlin.

L'entourage d'Hollande confirme des "discussions constructives"

Côté français, on évoque également des "discussions constructives et substantielles" avec les Russes. "Un travail est conduit maintenant sur un document qui pourrait être commun sur la mise en œuvre de l'accord de Minsk" signé le 20 septembre entre le gouvernement ukrainien et les séparatistes prorusses, a précisé l'entourage de François Hollande.

Aucun détail n'a toutefois filtré de la teneur de ce projet d'accord entre les trois dirigeants. Il est donc difficile de mesurer le succès des négociations et la viabilité d'un éventuel plan de paix et sa capacité à régler le conflit qui s'est déjà soldé par la mort de plus de 5.300 personnes, majoritairement des civils.

Ces négociations apparaissent comme le plan de paix de la dernière chance alors que le conflit s'envenime dans l'Est de l'Ukraine. L'armée régulière accumule les revers contre les séparatistes soutenus par la Russie, à tel point que les Etats-Unis envisagent de fournir des armes à Kiev.