Cet article date de plus de six ans.

Ukraine : Moscou juge "inacceptable" les menaces de nouvelles sanctions américaines

La Russie refuse d'être tenue pour seule responsable du respect de l'accord de "désescalade" trouvé hier à Genève.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président russe Vladimir Poutine le 18 avril 2014 à Moscou (Russie). (MAXIM SHIPENKOV / AFP)

L'accord de sortie de crise en Ukraine, trouvé jeudi 17 avril au soir à Genève, a déjà du plomb dans l'aile. La Russie refuse d'être tenue pour seule responsable du respect de l'accord de Genève sur l'Ukraine comme essaient de le faire les Occidentaux, a déclaré vendredi 18 avril le porte-parole du Kremlin. Dmitri Peskov a jugé "inacceptables" les menaces de nouvelles sanctions américaines.

"Nos collègues occidentaux s'efforcent de faire porter la responsabilité plutôt de notre côté. Mais il faut le souligner : c'est une responsabilité collective", a déclaré le porte-parole sur la chaîne Rossia 1. Quant à la menace de sanctions américaines en cas d'échec de l'accord, "un tel discours est absolument inacceptable", a-t-il déclaré.

Des troupes russes massées à la frontière ukrainienne

Washington a menacé Moscou de sanctions plus dures, comme l'a confirmé Susan Rice, conseillère spéciale de la maison Blanche : "Ces sanctions pourraient viser des secteurs très important de l'économie russe". Les Etats-Unis menacent également d'appliquer ces sanctions si la Russie envoyaient des troupes dans l'Est de l'Ukraine.

Dans son intervention télévisée diffusée vendredi soir, Dmitri Peskovconfirmé que des troupes russes se trouvaient près de la frontière ukrainienne : "Nous avons des troupes dans différentes régions, et il y a des troupes près de la frontière ukrainienne. Certaines y sont basées, d'autres ont été envoyées en renfort en raison de la situation en Ukraine", a déclaré le porte-parole du Kremlin.

Les séparatistes pro-russes maintiennent leur mobilisation et continuent d'occuper des bâtiments officiels dans plusieurs villes de l'est de l'Ukraine vendredi, exigeant des garanties supplémentaires après l'accord conclu la veille à Genève.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.