Ukraine : le ministre russe de l'Economie redoute des "conséquences graves" en cas de nouvelles sanctions

La Russie a préparé trois scénarios dans le cas d'un durcissement des sanctions. 

Alexeï Oulioukaev, ministre russe de l\'Economie et Vladimir Poutine, à Moscou, le 24 juin 2013.
Alexeï Oulioukaev, ministre russe de l'Economie et Vladimir Poutine, à Moscou, le 24 juin 2013. (KREMLIN / WIKIMEDIA)

Les dirigeants de l'Union européenne réunis à Bruxelles ont donné trois jours à la Russie pour engager des actions concrètes destinées à faire baisser les tensions dans l'est de l'Ukraine, sous peine de nouvelles sanctions. Samedi 28 juin, le ministre russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaev redoute des conséquences "graves" sur la croissance de la Russie. 

Le pays a préparé trois scénarios dans le cas d'un durcissement des sanctions. Dans le pire des trois cas, "la croissance économique pourrait passer gravement en territoire négatif", a-t-il expliqué à la télévision Rossiya. Il détaille : "Les taux d'investissement iront en territoire encore plus négatifs, les revenus baisseront, l'inflation augmentera et les réserves de l'Etat diminueront." 

Le même jour, Kiev a annoncé la prorogation de la trêve durant 72 heures, pour favoriser les négocations tendue depuis la signature d'un accord historique d'association entre l'Union européenne et l'Ukraine.