Ukraine : dans les tranchées de l'armée à la frontière avec la Russie

Publié
Ukraine : dans les tranchées de l'armée à la frontière avec la Russie
France 2
Article rédigé par
M.De Chalvron, C.Kenck, V.Moiseenko, L.Michel - France 2
France Télévisions

La situation à la frontière russo-ukrainienne était au cœur des négociations entre Russes et Américains à Genève (Suisse). Vladimir Poutine a des exigences et souhaite notamment empêcher l'Ukraine d'entrer dans l'OTAN. La Russie a massé 100 000 hommes à la frontière. Que se passe-t-il du côté ukrainien ? 

De l'ancienne zone industrielle dans la banlieue d'Avdiivka, dans l'Est de l'Ukraine, il ne reste plus rien ; résultat d'une guerre longue de plus de sept ans. L'usine se situe sur la ligne de front séparant l'armée ukrainienne des séparatistes pro-russes, juste en face. Pour passer d'une position à l'autre, il faut traverser des labyrinthes dignes des tranchées d'une autre époque. La mission des soldats ukrainiens : empêcher l'ennemi d'approcher et donc, de constamment surveiller. 

La fuite des habitants d'Avdiivka

En 2014, des insurgés ukrainiens soutenus par la Russie s'emparent d'une partie du Donbass. En septembre, une ligne de démarcation fige les positions sur 427 kilomètres. Depuis, la tension est latente. Récemment, la Russie a même déployé plus de 100 000 hommes à la frontière ukrainienne, laissant planer la menace d'une invasion. Vladimir Poutine exige que le pays cesse de se rapprocher des États-Unis. Les habitants d'Avdiivka, ville collée à la ligne de front, ont fui : 35 000 personnes vivaient ici avant la guerre, ils ne seraient plus que 15 000. Ludmilla Kovtun est l'une des rares à être restée. Cette femme de 72 ans a reçu plusieurs obus sur sa maison et vit maintenant au sous-sol pour se protéger. Elle ne croit pas à une invasion russe. Réunis à l'église pour le Noël orthodoxe début janvier, les habitants ont, certainement, prié pour la paix. Une situation qui semble pour l'instant bien lointaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.