Cet article date de plus d'un an.

Témoignage "Venir en Ukraine, c'est ma repentance" : l'ancien vice-président de la banque russe Gazprombank souhaite se battre aux côtés des forces ukrainiennes

Igor Volobuev, d'origine ukrainienne, a quitté son poste prestigieux à Moscou pour combattre les troupes russes en Ukraine. Il raconte son changement de vie à franceinfo.

Article rédigé par franceinfo - Jean-Sébastien Soldaïni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des soldats ukrainiens  qui ont combattu  pendant deux mois près de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, le 30 avril 2022.(Photo d'illustration) (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

Ancien vice-président de la banque privée russe Gazprombank, Igor Volobuev, a quitté son poste de Moscou ainsi que sa vie confortable au début de la guerre en Ukraine afin de combattre les troupes russes. D'origine ukrainienne, l'homme dit avoir choisi entre son compte en banque et sa famille.  

Dans une interview donnée au site ukrainien, Liga, et une plate-forme d'investigation russe, the Insider, qui travaille désormais depuis l'étranger, le 26 mars dernier, il expliquait alors face caméra : "Je ne pouvais pas resté les bras croisés pendant que la Russie dévastait ma mère patrie", dit-il. "Les Russes ont tué mes connaissances, mes amis proches. Des gens que je connaissais depuis l'enfance m'ont dit qu'ils avaient honte de moi".

Le 2 mars, il a décidé de quitter la Russie et la branche financière du géant énergétique Gazprom, proche du Kremlin. Au début de la guerre, tout le monde m'appelait et me demandait de faire quelque chose contre la guerre parce que j'avais un poste important", explique-t-il lundi 2 mai à franceinfo.

"Mon père, caché dans une cave, me disait que si je ne faisais rien, il aurait honte de moi."

Igor Volobuev, ancien vice-président de Gazprombank

franceinfo

"C'était insupportable pour moi", ajoute Igor Volobuev. "J'allais tout perdre, mais je ne pouvais pas continuer comme ça."

Les combattants ukrainiens refusent pour l'instant son aide 

Après une escale à Istanbul et dès son arrivée en Ukraine, l'ancien oligarque a souhaité présenter ses excuses aux soldats locaux. Pour le moment, à cause de son absence de formation militaire, les autorités ukrainiennes refusent de l'accepter dans leurs rangs. Il espère tout de même que l'armée de Kiev changera d'avis si elle a besoin de renforts. 

>> Russie : un haut dirigeant quitte le pays pour aller se battre en Ukraine 


"Venir en Ukraine, c'est ma repentance", avoue-t-il. "J'ai travaillé 23 ans pour Gazprom, pour les dirigeants russes, j'ai participé à la guerre du gaz et du pétrole. Par mes impôts, j'ai financé la guerre. J'espère que l'Ukraine finira par m'accepter mais ce n'est pas évident." Il assure que sa première demande s'il intègre l'armée ukrainienne est d'être affecté au régiment qui défend la ville d'Okhtyrka, bombardée par l'armée russe : il s'agit de sa ville natale.

Plusieurs défections

Comme nous vous l'expliquions ici, Igor Volobuev n'est pas la premier haut dirigeant ou haut fonctionnaire russe à faire défection. Trois noms déjà ont circulé : Lev Khasis, du conseil d'administration de la Sberbank, Anatoli Tchoubaïs, fonctionnaire spécial au Kremlin, et Andrey Panov, directeur général adjoint d'Aeroflot, la plus grande compagnie aérienne russe. Et ce, alors qu'une troublante vague de suicides frappe les oligarques, en Russie comme à l'étranger.

Globalement, les hauts dirigeants et oligarques ne sont pas très nombreux à avoir ouvertement manifesté leur opposition à la guerre en Ukraine. On se souvient des mots très durs de Vladimir Poutine les qualifiant de "traîtres" et de "5e colonne de l'occident".

Écoutez le témoignage d'Igor Volobuev, au micro de Jean-Sébastien Soldaïni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.