Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du dimanche 1er mai

Au 67e jour du conflit, les forces russes essaient d'augmenter la pression sur la région du Donbass, tandis que de premiers civils ont pu quitter dimanche le complexe sidérurgique d'Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne à Marioupol.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une vue aérienne de l'aciérie Azovstal, à Marioupol (Ukraine), le 29 avril 2022. (SATELLITE IMAGE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP)

Les opérations d'évacuation des civils du site sidérurgique d'Azovstal, à Marioupol (Sud-Est), se poursuivent alors que les forces russes concentrent leurs offensives sur la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Voici ce qu'il faut retenir de la journée du dimanche 1er mai.

Des dizaines de civils évacués du complexe d'Azovstal...

Pour la première fois après de multiples tentatives avortées, des dizaines de civils ont pu être évacués du complexe d'Azovstal où ils étaient piégés avec les militaires ukrainiens qui résistent encore sous les bombes russes. Des images satellite de Maxar Technologies prises le 29 avril ont montré que presque tous les bâtiments de l'immense complexe sidérurgique avaient été détruits par les bombardements, les militaires ukrainiens et les civils se terrant dans les nombreuses galeries souterraines datant de l'époque soviétique.

Les forces russes contrôlent la quasi-totalité de cette ville portuaire stratégique, en grande partie détruite après des semaines de siège.

... bientôt accueillis à Zaporijia, à l'ouest de Marioupol 

Le président ukrainien a annoncé que la centaine de civils évacués du complexe d'Azovstal se dirigeaient vers "le territoire contrôlé par l'Ukraine". Leur destination finale doit être Zaporijia, grande ville ukrainienne située 200 km à l'ouest de Marioupol où ils seront accueillis demain, selon Volodymyr Zelensky.

Le ministère de la Défense russe a quant à lui assuré que "grâce à l'initiative du président russe Vladimir Poutine, 80 civils, dont des femmes et des enfants, détenus par des nationalistes ukrainiens, ont été secourus du territoire de l'usine d'Azovstal à Marioupol (...), évacués vers le village de Bezimennoïé, dans la République populaire de Donetsk [sous contrôle russe], où ils ont reçu un logement, de la nourriture et l'assistance médicale nécessaire".

A l'Est, la pression russe s'intensifie

Volodymyr Zelensky a alerté sur le fait que les Russes "ont constitué des renforts dans la région de Kharkiv, essayant d'augmenter la pression dans le Donbass". Un haut responsable militaire ukrainien a souligné "la situation difficile" dans l'est du pays, notamment dans les régions d'Izioum et de Sieverodonetsk, "où l'ennemi a concentré l'essentiel de ses efforts et ses troupes les plus préparées au combat".

Les quartiers nord-est de Kharkiv, deuxième ville du pays avec près de 1,5 million d'habitants avant la guerre, sont quotidiennement frappés par des roquettes russes, causant la mort de civils.

Moscou accusé d'employer des "trolls" pour relayer sa propagande

Le gouvernement britannique affirme avoir repéré, dans une ancienne usine de Saint-Pétersbourg, un groupe d'internautes recrutés par Moscou pour relayer la propagande russe sur les réseaux sociaux, en ciblant les comptes de médias et de dirigeants occidentaux. Selon un rapport commandé par Londres, ce groupe de "trolls" connu sous le nom de "Cyber Front Z" aurait par exemple visé le Premier ministre britannique, Boris Johnson, son homologue allemand, Olaf Scholz, mais aussi David Guetta ou les Daft Punk.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.