"Si on n'arrête pas Vladimir Poutine en Ukraine, nous ne connaîtrons plus la paix en Europe", affirme le député européen Raphaël Glucksmann

Selon le député européen du groupe Place publique, Raphaël Glucksmann, invité sur France Inter mardi, "la fermeté est la seule manière de faire". Aussi s'agit-il, selon lui, de soutenir la résistance ukrainienne, notamment en lui offrant une perspective européenne, tout en infligeant des sanctions à la Russie.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Raphaël Glucksmann, député européen et essayiste sur France Inter le 25 août 2021. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

"Si on n'arrête pas Vladimir Poutine en Ukraine, nous ne connaîtrons plus la paix en Europe", affirme le député européen et essayiste Raphaël Glucksmann mardi 1er mars sur France Inter. Pour lui, il est urgent de réagir sinon "nous serons condamnés pour les décennies à venir à vivre dans un continent de guerres permanentes".

>> DIRECT. Guerre en Ukraine : après Facebook, YouTube bloque à son tour les chaînes des médias russes RT et Sputnik dans toute l'Europe

Selon le député européen du groupe Place publique, "chaque signe de faiblesse de l'Union européenne est une invitation à l'agression". Pour Raphaël Glucksmann, "la fermeté est la seule manière de faire", à la fois en soutenant la résistance ukrainienne, en infligeant des sanctions à la Russie mais aussi en offrant "une perspective européenne à l'Ukraine".

"L'avenir de l'Europe se joue à Kiev"

Lundi 28 février, le président ukrainien Volodymir Zelenski a réclamé une procédure spéciale d'adhésion immédiate de l'Ukraine à l'Union européenne. "Aujourd'hui, à une très large majorité, nous allons voter pour octroyer à l'Ukraine le statut de pays candidat", affirme le député européen. Il ajoute que "l'avenir de l'Europe se joue à Kiev" et qu'il est nécessaire "d'envoyer ce message au peuple ukrainien" : "C'est un peuple frère et nous sommes prêts à accueillir l'Ukraine dans la famille européenne."

"Toute cette hostilité démentielle de Vladimir Poutine à l'égard de l'Ukraine vient d'une révolution pro-européenne en 2014. Des gens sont déjà morts à Kiev en 2014 avec le drapeau européen dans les mains."

Raphaël Glucksmann

à franceinfo

Quant aux conditions posées par Vladimir Poutine dans le cadre des pourparlers, elles sont, selon le l'eurodéputé "inacceptables" et conduiraient "à vassaliser l'Ukraine et enfoncer l'Europe". Raphaël Glucksmann dénonce l'inertie de l'Europe depuis 20 ans : "C'est notre absence de réaction face à la destruction et l'anéantissement des Tchétchènes d'abord, puis face à l'invasion de la Géorgie, puis face à l'invasion de l'Ukraine, puis face au fait que les Russes ont rasé Alep et tant d'autres villes syriennes qui nous a conduit dans cette situation actuelle."

Il constate pour autant une forme de "prise de conscience" et de "révolution mentale" des "élites européenes qui ont été façonnées avec cette idée que l'Histoire dans sa dimension tragique était finie, qu'il n'y aurait plus de grands conflits géopolitiques". Pour l'eurodéputé, l'enjeu est désormais de "maintenir ce niveau de conscience, d'unité et de volonté au long terme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.