Reportage "On vit, on profite", même si "tous les combats laissent une trace" : à Sloviansk, des soldats ukrainiens en pause pour quelques heures sur la plage

Alors que les bombes russes continuent de tomber dans l'est de l'Ukraine, certains soldats ukrainiens parviennent à obtenir des permissions et à s'accorder quelques heures de calme sur la plage du lac de Sloviansk.
Article rédigé par Isabelle Labeyrie, Gilles Gallinaro
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Sur la plage de la Petite Cuba à Sloviansk, les militaires viennent se détendre le temps d'un jour de permission. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Une plage au bord d'un lac, des vendeurs de glace... Et les bruits des bombes loin derrière. Les permissions sont les bienvenues pour les soldats ukrainiens, qui profitent de quelques heures de répit à "La Petite Cuba" à Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine. 

>>> Guerre en Ukraine : la Russie encourage toujours le tourisme en Crimée annexée, malgré les risques

Sur la plage de la Petite Cuba, les habitants de Sloviansk viennent oublier la guerre (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Allongé sur son transat, Dmitri est déjà rouge de coups de soleil, il savoure sa deuxième et dernière journée de permission : " On vit, on profite ! On a récupéré des colis, on est allé au sauna...". Il a surtout retrouvé le goût des bonnes choses, les patates au four, les escalopes, "le bortsch, la salade…, mais la journée passe tellement vite que tu n'as pas assez de temps pour tout faire". Dans ce décor, une seule chose lui manque, " la victoire !". 

>>> REPORTAGE "En face de nous, il y a des forces en très grande quantité" : des militaires ukrainiens racontent la contre-offensive dans l'Est

Le lac et ses airs de station balnéaire ne sont qu’une parenthèse. La nouvelle vie de Dmitri, engagé volontaire, c’est celle qui se passe sur le front : "Survivre, c'est la première chose pour nous là-bas, parce que l'on est pile sur la ligne zéro. Les Russes sont à 380 mètres de nous, pour être précis". 

"Tous les combats laissent une trace, c’est impossible d’effacer ça en deux jours de permission", dit Viktor. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)


Entre deux familles qui ont étalé leurs serviettes et sorti les bouées, un autre soldat médaille militaire autour du cou, grand tatouage sur la poitrine. " Tous les combats laissent une trace, confie Viktor, je pense que c’est impossible d’effacer ça en deux jours". Même au bord du lac, il est difficile de se sentir insouciant : "Physiquement, c’est très dur, mais je dirais que c’est plutôt moralement que c’est le plus difficile".

Dmitri et Andrei, militaires en permission, profitent de la plage , du lac et du soleil près de Sloviansk. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

"Les gars n'en peuvent plus, ils sont crevés", appuie Andrei. Pour lui, cette guerre qui n'en finit pas abîme les hommes : "Il faut les remplacer. C’est très dur pour ceux qui sont au front depuis le début". Il estime que ces permissions sont trop courtes et trop rares. "Chacun a sa famille qui l’attend, chacun a envie de la voir. Certains ne l’ont pas vue depuis six mois, ça dépend si tu es dans les petits papiers du commandement", déplore-t-il. 

Un militaire s’approche alors pour lui demander d’arrêter de parler aux journalistes. Andreï remet ses lunettes de soleil et se rallonge, son treillis soigneusement plié sur le sable. Dans quelques heures, il retourne à la guerre. 

Quelques heures de permission pour des soldats ukrainiens : reportage d'Isabelle Labeyrie et Gilles Gallinaro

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.