Reportage "Aussi près de la ligne de front, les Russes voient les gars et les visent" : le périlleux travail des électriciens ukrainiens du Donbass

Le ministre des Transports Clément Beaune a achevé dimanche sa visite en Ukraine, à qui il a promis l'aide de la France pour reconstruire le pays attaqué par les Russes. Mais dans le Donbass où les combats continuent de faire rage, l’heure pour les électriciens est plutôt aux réparations d’urgence.
Article rédigé par Mathilde Dehimi - Arthur Gerbault et Yashar Fazilov
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les électriciens ukrainiens du Donbass sont pris pour cible par les Russes quand ils tentent de rétablir le courant, le 23 avril 2022. (MATHILDE DEHIMI / RADIO FRANCE)

Installé dans sa voiture, Vitaliy obtient, par téléphone, le feu vert des militaires pour avancer. Le chef des électriciens se rassure : "Le ciel est bas aujourd'hui, philosophe-t-il, il y aura moins de drones russes". Le front est à moins de trois kilomètres de la ville d’Avdiïvka, que les Russes tentent de faire tomber. L'équipe de Vitaliy se précipite sur les fils électriques à terre. Soudain, des détonations les jettent à genoux. Le silence revient, ils reprennent les réparations. "On travaille le plus vite possible", encourage Vitaliy. Les gestes sont mécaniques, l'oreille attentive, repérant les tirs russes. "Départ !", crie-t-il. 

Les électriciens ukrainiens du Donbass contraints de travailler avec des gilets pare-balles pour se protéger des tirs russes. (MATHILDE DEHIMI / RADIO FRANCE)

>> Guerre en Ukraine : suivez les derniers développements sur le conflit dans notre direct

Si dans le reste du pays le réseau a tenu malgré les attaques intensives des Russes qui espéraient ainsi priver les civils de chauffage et les militaires d'énergie, dans le Donbass, où les combats font toujours rage, le soulagement n'est pas encore de mise. Le principal pipeline de gaz est coupé et la consommation électrique a augmenté. Il faut sans cesse réparer les dégâts causés par les frappes, parfois, au péril de sa vie. Vitaliy et ses collègues travaillent donc désormais avec des gilets pare-balles. "C'est lourd. On a mal au dos et aux bras", témoigne l’un d’eux. 

Un travail sans fin et dangereux

Mais le travail a payé : 50 foyers sont de nouveau raccordés au réseau et l’équipe repart vers un autre village. Un travail sans fin, explique Vitaliy.

"Parfois, on vient de finir les travaux mais les Russes ont vu qu'on avait réparé. On s'en va et là, ils frappent de nouveau au même endroit."

Vitaliy, chez d'une équipe d'électriciens dans le Donbass

à franceinfo

"On peut revenir comme ça plusieurs fois par jour", conclut Vitaliy fataliste. Le poteau vacille. Son collègue Max grimpe dessus avec des griffes aux pieds, sous les yeux de son chef. "Avant on arrivait, on déployait l'échelle. Hop ! Deux gars dans une nacelle. En deux temps trois mouvements, c'était réparé. Maintenant, c'est plus difficile dans ces conditions. Aussi près de la ligne de front, les Russes voient les gars et les visent".

Vitaliy Asinenko le directeur de DTEK de la zone de Pokrovsk. (MATHILDE DEHIMI / RADIO FRANCE)

"Ça bombarde tous les jours"

L'agitation a fait sortir Alexeï de sa maison. Le courant a été coupé la veille, les plongeant dans le noir. "On a dû chauffer le poêle, on n'a rien d'autre. On n'a plus de gaz. Sans électricité pour cuisiner, il n'y a plus que le poêle où faire du feu dehors", témoigne-t-il.

L'Armée russe avance. Ici, elle butte pour prendre la ville d'Avdiïvka en tenaille. Alors elle essaie de contourner en passant par ses villages. "Ces derniers temps, ça bombarde tous les jours, poursuit Alexeï. Je n'ai nulle part où aller, je n'ai pas de moyens. Qu'est-ce que je peux faire ? On restera ici jusqu'à la victoire". Ce soir-là, une voisine sera tuée dans un bombardement.

Le périlleux travail des électriciens ukrainiens du Donbass - le reportage de Mathilde Dehimi, Arthur Gerbault et Yashar Fazilov

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.