Cet article date de plus d'un an.

Offensive russe dans le sud de l'Ukraine : "C'est une véritable annexion qui est en train de se préparer", analyse un spécialiste

"C'est une annexion en bonne forme, exactement comme cela se pratiquait au XIXᵉ siècle", a expliqué vendredi sur franceinfo, Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la "Revue Défense Nationale". 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des travailleurs municipaux ont changé les panneaux routiers ukrainiens en panneaux russes à l'extérieur de la ville de Mariupol, le 5 mai 2022.  (DONETSK PEOPLE REPUBLIC MINISTRY)

"C'est une véritable annexion qui est en train de se préparer" dans le sud de l'Ukraine, a déclaré vendred 6 mai sur franceinfo le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la Revue Défense Nationale, alors que les Russes maintiennent leur offensive dans le sud du pays, et notamment à Marioupol. Le complexe sidérurgique d'Azovstal à Marioupol, dernière poche de résistance ukrainienne dans la ville en est l'un des symboles. Les évacuations de civils sont "extrêmement compliquées", confirme le général.

>> Guerre en Ukraine : suivez notre direct

franceinfo : Un haut responsable russe affirmait ce vendredi que la Russie restera toujours dans le sud de l'Ukraine. Cela ne fait aucun doute désormais ?

Jérôme Pellistrandi : Oui, et c'est en fait une véritable annexion qui est en train de se préparer, voulue par Moscou. Dans un premier temps, on aurait pu penser que les objectifs de guerre de Vladimir Poutine étaient de consolider la présence russe dans les régions de Donetsk et du Donbass. Mais visiblement, les Russes veulent aller beaucoup plus loin puisqu'ils veulent contrôler et annexer l'oblast de Kherson et celui de Zaporijia. C'est vraiment quelque chose qui pose un vrai problème de fond parce que c'est une annexion en bonne forme, exactement comme cela se pratiquait au XIXe siècle.

Faut-il s'inquiéter pour l'usine Azovstal à Marioupol où les évacuations de civils s'annoncent très compliquées ?

C'est extrêmement compliqué. Il faut se rendre compte de l'ampleur de la tâche. Le complexe sidérurgique fait plus de onze kilomètres carrés, c'est plus grand que le 16e arrondissement de Paris. Cela signifie que les combattants, mais aussi les civils qui sont cachés à l'intérieur depuis plusieurs semaines pour se protéger, il faut pouvoir les sortir, les acheminer. Alors même que des combats se poursuivent et que les Russes sont peu enclins à réellement pratiquer un cessez-le-feu dans la durée et qui permettrait cette sortie en sécurité de ces personnels civils.

Le 9 mai, la Russie fêtera la victoire contre les Nazis en 1945. Les Américains ont annoncé un défilé à Marioupol et une déclaration de guerre à l'Ukraine de la part de Vladimir Poutine dans son discours. Cela est-il plausible ?

Il faut souligner effectivement l'efficacité du renseignement américain, qui avait d'ailleurs annoncé le début de l'offensive alors que visiblement, beaucoup de pays européens ne croyaient pas à cette offensive. Jusqu'à présent, les Américains font un effort considérable de renseignement. Ne serait-ce que pour le partager et protéger les pays de l'OTAN, mais aussi pour aider les Ukrainiens en leur fournissant du renseignement. Concernant le défilé de Marioupol, c'est plus symbolique et politique que réellement militaire. On verra quelles seront les déclarations de Vladimir Poutine.

Ce serait un message très fort envoyé à son opinion publique pour dire en quelque sorte que "l'Ukraine nous agresse" et qu’il faut aller plus loin, il faut poursuivre la "dénazification". Cela permettrait aussi à Vladimir Poutine de mobiliser, de recourir à une ressource militaire supplémentaire. Les hommes entre 35 et 45 ans qui ont fait leur service militaire pourraient être rappelés sous l'uniforme pour aller combattre en Ukraine. Et bien sûr, ce serait un message adressé à la communauté internationale et en particulier aux pays occidentaux, pour dire que la Russie est prête à aller jusqu'au bout pour remplir ses objectifs. Ce qui fait que le discours du 9 mai va être scruté de très près par toutes les chancelleries.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.